Crise Anglophone: Analyse de Dieudonné ESSOMBA:MEFIEZ-VOUS DU PROBLEME ANGLOPHONE !

Afficher l'image d'origine 
MEFIEZ-VOUS DU PROBLEME ANGLOPHONE !
Cette histoire d’anglophones a commencé d’abord par des murmures à peine audibles après 1972, juste
après la réunification.
Ensuite, par quelques bouderies et quelques protestations du bout des lèvres.
Ensuite, par l’apparition de quelques marginaux qui disaient haut et clair que la suppression de la fédération fut une erreur.
Ensuite, par la constitution des mouvements marginaux exigeant le retour à la fédération, voire à la sécession.
Ensuite, cela a pris les traits d’un mouvement populaire de plus en plus puissant, avec des épisodes sporadiques de violence.
Ensuite, cela s’est transformé en une protestation massive et une hostilité généralisée vis-à-vis de la République.
Et maintenant, cela prend les traits d’une insurrection ouverte, en total défi ouvert des autorités et des élites locales, avec une haine collective contre la République, même si tous n’approuvent pas la violence aveugle.
Maintenant, que reste-t-il ? La lutte armée !
Et si des mesures ne sont pas prises, cette lutte sera inéluctable.
Mais ne vous réjouissez pas trop vite!Certains s’imaginent qu’il y aura une bataille entre une armée de sécessionnistes contre l’armée nationale. Non, à l’exemple des rebelles spécialisés dans la « guerre asymétrique », ils procéderont par des opérations coups de poing avant de s’enfuir dans les terribles et inextricables marais salants où sévit le MEND, avec d’autant plus de facilité qu’ils seront aidés par la population.
Le but ne sera pas de gagner la guerre, mais de déstabiliser tout le système productif et de conduire le Cameroun à l’étranglement, tout en s’attirant la sympathie de la Communauté Internationale par ailleurs très tendre à leur égard.
C’est donc une erreur de se réjouir des capacités de l’armée nationale à réduire ce genre de mouvement. Ce sera très difficile, très épuisant pour le Cameroun.
Il faut donc absolument assécher la source de ce mouvement, non par la violence, mais par une mesure immédiate et spectaculaire : le lancement immédiat des Conseils Régionaux avec transmission immédiate des pouvoirs qui leur sont dévolues par la Constitution, sans la moindre hésitation, ni atermoiement. C’est le seul moyen d’assécher ce qui s’annonce comme une hydre, les mesures d’interdiction prises par l’Etat s’apparentant à un répit.
Nti Dieudonné ESSOMBA