CRISE ANGLOPHONE: Le point de vue de l'AFP: Des leaders hier en pourparlers, aujourd'hui relégués au rang de "Maquisards"... un arrière goût du déjà vu!

Afficher l'image d'origine 
CRISE ANGLOPHONE: Des leaders hier en pourparlers, aujourd'hui relégués au rang de "Maquisards"... un arrière goût du déjà vu!

Et pourtant, l'on sait que le RESPECT MUTUEL, l'HONNÊTE INTELLECTUELLE, la PRISE EN COMPTE DES PREOCCUPATIONS DE FOND DES PARTIES PRENANTES...SONT LE PREALABLE DE TOUT DIALOGUE CONSTRUCTIF!
En effet, comme nous le craignions, c'est plutôt la stratégie de la chauve souris qui est en marche concernant la crise qui prevaut dans la partie ANGLOPHONE du Cameroun. D'un côté on reconnaît qu'il y a un problème anglophone et crée même un comité ad hoc pour en débattre, de l'autre on persecute, terrorise et ... banni! Lorsque le gouvernement s'adosse aujourd'hui sur l'inviolabilité de la Constitution pour stigmatiser le Consortium et autres, il oubli que personne n'a autant porté atteinte à cette même Constitution (ainsi qu'à la conscience collective-historique du SOUVERAIN CAMEROUNAIS) que cette dictature rdpc, excroissance de l'UNC. Ils ont sans doute postulé que nous autres camerounais sommes atteints d'amnésie collective et qu'on a par conséquent oublié que le rdpc a marché sur le sang des camerounais en 2008 pour modifier les dispositions constitutionnelles dans l'intérêt d'UN SEUL INDIVIDU: Paul Biya. Mais lorsque qu'une communauté aussi représentative que celle de deux régions entières (Nw &SW) fait preuve d'une quasi unanimité dans la revendication de la révision des piliers systémiques de l'Etat, (comme il ne s'agit pas des appels à candidature et révision constitutionnelle du rdpc) du coup, ils se réfugient derrière cette LA Constitution, perpétuellement foulée au pied, implémentée à moins de 50 %, pour décréter "hors la loi" des citoyens dont le seul crime aura été d'avoir l'audace d'envisager un autre futur pour nos enfants. De qui se moque t-on?
Il est clair pour tout observateur doté de bon sens que dans la gestion de la RESPUBLICA, seuls les intérêts et priorités du rdpc comptent, au mépris hélas, de l'intérêt général. Mais comme a dit quelqu'un, on peut tromper une partie du peuple tout le temps, on peut tromper tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut tromper TOUT le peuple TOUT le temps.
La position de l'AFP est que LA PROBLEMATIQUE DU DROIT À L'AUTO DÉTERMINATION EST INDISPENSABLE EN DEMOCRATIE.
Or l'histoire de notre jeune nation veut que, dans le processus de la consolidation des piliers de l'État-Nation, le peuple souverain n'ait jamais véritablement eu droit au chapitre. Conséquence, les tortures n'y feront rien, le Peuple finira par avoir le dernier mot. Ce n'est qu'une question de temps.
Oui à une révision de la forme de l'Etat. OUI AU FEDERALISME comme mode d'administration. Le nombre des États fédérés devant être déterminé par voie référendaire... Afin que le peuple camerounais participe activement ENFIN à la sculpture de son VOULOIR VIVRE ENSEMBLE comme d'autres peuples (que nous regardons de haut) l'ont fait avant nous. Assumons donc cette position geostratégique d'AFRIQUE EN MINIATURE. AYONS DE L'AUDACE... MONTRONS LA VOIE... afin que la postérité soit fière demain, de se revendiquer de NOUS!
Patriotiquement! Alice SADIO, Présidente Nationale de l'AFP