CRISE ANGLOPHONE : « NOUS SOMMES TOUS DES HYPOCRITES AFFIRME UN CAMEROUNAIS ». Pourquoi la constitution qui fait du Cameroun un État unitaire décentralisé tarde à être appliquée depuis plus de 20 ans? Est-ce les anglophones qui la bloquent?

 
CRISE ANGLOPHONE : «NOUS SOMMES TOUS DES HYPOCRITES AFFIRME UN CAMEROUNAIS ». Pourquoi la constitution qui fait du Cameroun un État unitaire décentralisé tarde à être
appliquée depuis plus de 20 ans? Est-ce les anglophones qui la bloquent? Pourquoi depuis 20 ans, on fait du surplace sur une question aussi fondamentale ?  Les pseudos élites intellectuelles, Les opposants politiques sont-ils myopes ? Comment peuvent t-ils fermés les yeux depuis plus de 20 ans sur ce sujet ? 

Voici la Réaction croisée des Camerounais


Tatsinda Bertrand
NOUS SOMMES TOUS DES HYPOCRITES. Voilà déjà plusieurs jours que la crise "anglophone" dure et toujours pas, de solutions concrètes.
Je condamne fortement toutes les violences d'où qu'elles viennent (surtout celles commises sur nos enfants et les jeunes filles).
Dans un état de droit, le respect du droit de l'autre est fondamentale et doit être respecté.
Mais à bien y regarder...Posons nous aussi certaines questions.
Pourquoi la constitution qui fait du Cameroun un État unitaire décentralisé tarde à être appliquée depuis plus de 20 ans?
Est ce les anglophones qui la bloquent?
Pourquoi depuis 20 ans, on fait du surplace sur une question aussi fondamentale ?
Une décentralisation avancée, marquée par un transfert de ressources (40% comme le prévoit la loi) aurait largement atténué ce problème...
Les "francophones" peuvent (doivent) ils donner des leçons de patriotisme, d'amour de la patrie, de paix... etc à nos frères anglophones que nous aimons et qui nous aiment quand nous observons leurs "pratiques" au quotidien?
Je l'ai toujours dit... Des hideuses figures, "pouvoiristes", incompétentes, tribalistes pour certaines, greffées sur le chef de l'État ont fait beaucoup de mal à ce pays...QUI PEUT LE NIER?
Garder les mêmes et continuer comme ci de rien n'y était... NON MERCI.
LES ANGLOPHONES AIMENT LE CAMEROUN, LES FRANCOPHONES AIMENT LES ANGLOPHONES...NOUS VOULONS VIVRE ENSEMBLE...NOUS SOMMES BIEN ENSEMBLE...
LE PROBLÈME N'EST PAS FORCÉMENT OÙ ON VEUT BIEN NOUS LE FAIRE CROIRE...
NOUS SOMMES TOUS DES HYPOCRITES. CESSONS DE FAIRE SEMBLANT.
Photo...Mr Abouem A TCHOYI grand commis de l'État... Tête haute mais surtout mains propres...Un exemple pour la jeune génération...Dieu te garde Tonton.
God bless le Cameroun.


Cabral Libii Quand la crise anglophone subjugue!

C’est absolument inédit ce qui se passe dans les deux régions anglophones. Deuxième semaine après la rentrée scolaire et académique, sans rentrée. C’est à se demander ce qui impressionne le plus dans ce qui se passe. Est-ce la pertinence des revendications ? L’intrépidité, l’intransigeance et l’intégrité des revendicateurs ou alors la solidarité généralisée entre les leaders du consortium et la population, qui donne du sens concret aux mots d’ordre de grève et de villes mortes qui sont lancés, "fait perdre la face" aux émissaires gouvernementaux et partant au gouvernement, au point aujourd’hui de faire des envieux dans la partie francophone. Je voudrais d’entame, rappeler que je conserve ma posture d’analyste froid qui se refuse à se laisser emporter par la vulgate divisionniste et réactionnaire des bien-pensants paresseux qui croient qu’il faut monter les francophones contre les anglophones. Ce qui du reste donne finalement raison aux anglophones. Car quand bien même la partie anglophone deviendrait un Etat fédéral qui s’appellerait ambazonie ou autre chose, elle ne cesserait pas d’être camerounaise, et les ambazoniens ne cesseraient pas d’être camerounais. Pas plus ou pas moins que l’illinois Barak Obama demeure américain, ou que le texan Georges Bush demeure américain.
A bien y regarder même, la crise anglophone d’un point de vue formel, subjugue, fait légitimement des envieux et évidemment des jaloux. Car en effet, depuis combien de temps dans ce pays, on avait pas vécu ça ? Des grévistes qui restent intègres, qui résistent aux offres de toutes natures de soudoiement et d’accomplissement personnel, individualiste, égoïste et carriériste au détriment du groupe ? Que de causes revendicatives nobles ont été enterrées dans ce pays parce que ceux qui en étaient les porteurs se sont mués en de méprisables opportunistes et traitres ? Justifiant selon les cas leurs forfaitures par la sagesse ou le réalisme ? Depuis quand dans ce pays on n’a pas vu des leaders légitimes écoutés et suivis par une frange du peuple nonobstant des rumeurs de discréditation qui dans la partie francophone ont fini par placer tout leader d’opinion en sursis ? En fait avant d’en arriver à l’appréciation objective de la teneur des revendications, il faut saluer la revivification de l’âme du Cameroun. Ce peuple qui jadis, savait trouver en lui, indistinctement de l’alignement linguistique, la force et le courage de combattre pour son avenir. Oui ! C’est cinglant de l’entendre, mais la leçon nous est donnée par les anglophones ! Grever c’est un droit ! La désobéissance civile et pacifique est un mode d’action qui a fait triompher de grandes causes dont bien de pleutres se gargarisent aujourd’hui. Dialoguer durement avec une frange du peuple mécontent, discuter longuement avec des personnages légitimes, n’a rien d’humiliant pour un gouvernant. C’est ça la démocratie.

Elysee Yonta Voila ce qui echappe a Biya et son entourage. Ils croient avoir affaire a l ancienne generation de Zam Zam. Ils ne compennent pas que Overall, les anglosaxons sont les plus instruits de notre pays a l heure qu il est, mais que cette instruction s est faite hors des circuits traditionels de l elite qui nous dirige: enam, et universites francaises
ces gars sont mieux outilles pour negocier que les hauts fonctionnaires, voir les politiques de yaoundes. En plus ils sont encadres par leurs parents
Je pense que les anglophones ne doivent pas avoir peur de demander le retour au federalisme d avant 1961. Moi j etais reticent au debut, mais depuis que je vois tous les leaders politiques francophones du pouvoir a l opposition jouer au demagoges et cyniques, je considere comme legitime que les anglophones demandent le retour au federalisme, et meme une independance totale du Cameroun.
Un etat anglophone, ce sera comme Hong Kong ou Taiwan et la grande Chine mainland. Lorsque Shang Kai Chek et ses partisants se sont detaches, ils se sont affranchis du communisme et ce sont developpes rapidement. En reaction, la lutte des clans s est declanches au sein du PC chinois et a aboutit a l economie socialiste de marche et un accord de partenariat avec les USA et l europe, puis le japon
Si les anglophones obtiennent une modification de la forme de l etat, ils vont se developper tres rapidement. Nous allons meme jetter nos documents officiels pour aller y vivre.

Mireille Fomekong Mes Amis, mes frères, manyan, La vraie tragédie du cameroun , le drame de notre pays c'est cette pseudo élite intellectuelle!
Intellectuels? Non ces diplômés agrégés de pacotille .. qui font étalage de leur érudition pour asseoir le déni de la réalité! Vos mensonges meme enrobés de connaissances livresques ne passent pas! Personne n'est con! Même sans vos agrégations bidons, nous pouvons réfléchir... allons!


Paul Chouta "GHOST-TOWNISATION" TOTAL EN ZONE ANGLOPHONE

Le mot d'ordre de ville morte lancé par le Consortium a été exécuté presqu'à l'humanité par la population anglophone ce lundi. Par ailleurs, la société PMUC et l'école de la SONARA à Limbé plus précisément à mile 2 ont snobé cet appel avant de subir le courroux de certains jeunes qui ont cassé les kiosques de PMUC dans toutes la ville. Les tirs se font entendre à mile 1. Les routes sont barricadées.

Nous déplorons le châtiment attribué à un jeune qui tentait de se rendre à l'école ce jour par des et demandons à la population de manifester dans la paix afin de ne pas donner le prétexte de la légitime violence à BIYA qui n'attend que cette occasion pour abattre les manifestants comme ce fut le cas en 200.
Comme le dit un proverbe Bantou, "quelque soit la grosseur du pompé, l'aiguille n'a pas besoin d'une formation pour le percer" Ceci dit, la ville morte suffit pour anéantir Paul BIYA et son régime génocido-suicidaire qui n'écoute que le langage de la révolution.

VIVE LE PEUPLE ANGLOPHONES
VIVE LE 237