Afficher l'image d'origine 
Les dirigeants de l'opposition ont été arrêtés et l'Internet a été coupé dans les régions anglophones pendant plus d'une semaine.

 La langue principale du Cameroun est le français, mais environ un cinquième des 22 millions de personnes du pays sont anglophones.
Ils sont concentrés dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du pays, qui ont été colonisés par la Grande-Bretagne.
Les anglophones se plaignent depuis longtemps de discrimination.
Ils disent que les documents officiels sont toujours en français et que la barrière de la langue les disqualifie de la plupart des emplois du gouvernement.
Un certain soutien rompre pour former leur propre état.
Ces dernières semaines, des leaders de l'opposition des régions anglophones ont été arrêtés.
Des milliers de professeurs, d'avocats et d'étudiants anglophones se sont mis en grève pour protester contre la prétendue marginalisation.
En réponse, le service Internet dans les zones anglophones a été interrompu il ya plus d'une semaine.
Cela, à son tour, a conduit à une nouvelle campagne en utilisant le hashtag «Bring Back Our Internet».
Le gouvernement affirme que la panne d'Internet et les arrestations de dirigeants politiques sont nécessaires pour maintenir la paix.
Alors, qu'est-ce que cela signifie pour le Cameroun?

Présentatrice: Richelle Carey
Invités:
Elvis Ngolle Ngolle - Ancien Ministre des Droits Spéciaux au Bureau du Président du Cameroun.
Julie Owono - Responsable du bureau Internet d'Internet sans frontières.
Albert Nchinda - Analyste politique.
Source: Al Jazeera Nouvelles
Suivez le débat en cliquant le lien

Opposition leaders have been arrested and the internet has been cut in English-speaking regions for more than a week.
Cameroon's main language is French, but about a fifth of the country's 22 million people are English speakers.
They are concentrated in the country's northwest and southwest regions, which were colonised by Britain.
English speakers have long complained of discrimination.
They say that official documents are always in French and that the language barrier disqualifies them from most government jobs.
Some support breaking away to form their own state.
In recent weeks opposition leaders from the English-speaking regions have been arrested.
Thousands of English-speaking teachers, lawyers and students have gone on strike to protest against alleged marginalisation.
In response, internet service in English-speaking areas was cut off more than a week ago.
That, in turn, has led to a new campaign using the hashtag "Bring Back Our Internet".
The government says that the internet blackout and arrests of political leaders are necessary to maintain peace.
So, what does this mean for Cameroon?

Presenter: Richelle Carey
Guests:
Elvis Ngolle Ngolle - Former Minister of Special Duties in the Office of the President of Cameroon.
Julie Owono - Head of the Internet Desk at Internet Without Borders.
Albert Nchinda - Political Analyst.

Source: Al Jazeera News