Donald Trump a limogé la ministre de la Justice ("Attorney general") des Etats-Unis, qui a annoncé lundi qu'elle refusait de défendre le décret sur l'immigration signé vendredi par le président.

Dans un geste rare, l'"Attorney general" Sally Yates, désignée par Obama et qui assure l'intérim en attendant la confirmation par le Sénat de Jeff Sessions, s'est prononcée contre la défense du décret dans un communiqué au département.
Elle disait douter que la défense de l'ordre présidentiel soit "en ligne avec l'obligation solennelle de l'institution de toujours rechercher la justice et défendre ce qui est juste".
Sally Yates "a trahi le département de la Justice en refusant de mettre en oeuvre un ordre juridique conçu pour protéger les citoyens des Etats-Unis", a déclaré la Maison blanche dans un communiqué, jugeant ses actions "politiques".
Le porte-parole de la Maison blanche, Sean Spicer, a annoncé sur Twitter qu'elle serait remplacée par Dana Boente, procureur du district est de la Virginie.
Boente a déclaré dans une interview au Washington Post qu'il mettrait en oeuvre le décret sur l'immigration.
Le décret, signé vendredi, interdit pendant 90 jours l'accès du territoire américain aux ressortissants en provenance d'Iran, d'Irak, de Libye, de Somalie, de Syrie, du Soudan et du Yémen, pendant 120 jours l'accueil de tout réfugié aux Etats-Unis, et suspend sine die l'accueil de tous les réfugiés syriens.
"Ms. Yates est une personne nommée par l'administration Obama qui est faible sur les frontières et très faible sur l'immigration illégale", a ajouté la Maison blanche.
Les refus d'obtempérer du département de la Justice sont rares dans l'histoire des Etats-Unis.
L'exemple le plus fameux reste le refus d'Elliot Richardson en 1973 face à la demande du président Richard Nixon de limoger le procureur spécial chargé de l'enquête du Watergate. (Eric Beech et Roberta Rampton; Julie Carriat pour le service français)