Mutinerie à Bouaké, Daloa et Korhogo

Ces militaires contrôlent contrôlent les corridors nord et sud ainsi que toutes les accès à la ville de Bouaké.
Une mutinerie a éclaté vendredi matin à Bouaké, la deuxième ville de la Côte d'Ivoire, où des militaires ivoiriens réclament des primes dites "Ecomog" composées d'une villa et de cinq millions de francs CFA. Des
tirs ont également été entendus à Daloa et Korhogo.
Image copyright AFP
Image caption Ces militaires contrôlent contrôlent les corridors nord et sud ainsi que toutes les accès à la ville de Bouaké.
Ces militaires contrôlent les corridors nord et sud ainsi que tous les accès à la ville de Bouaké.
Ils patrouillent dans les rues principales de la ville située à 360 kilomètres d'Abidjan.
Un habitant de Bouaké a déclaré à la BBC que la situation est en train d'empirer.
"Aux environs de 8h, nous avons appris que les mutins ont chassé les forces de police et de gendarmerie. Toutes les rues se sont vidées dans le quartiers où se situent les grandes structures, les banques etc. C'est la panique", indique ce témoin.
Selon lui, les soldats réclament une prime Ecomog qui leur est due depuis la crise post-électorale de 2011.
Selon plusieurs sources concordantes, des tirs ont également éclaté à Daloa, la troisième ville et à Korhogo, quatrième ville du pays.
Des mutins occupent ces trois villes au centre, centre-ouest et au nord du pays. 
BBC Afrique