QUELLE DÉCENTRALISATION POUR AMORCER LA CRISE

Afficher l'image d'origine 
Avec la crise anglophone, des voix s'élèvent pour accélérer la décentralisation au Cameroun, qui selon certains permettrait de résoudre les revendications communautaires. On oublie que les
communes sont déjà juridiquement des collectivités décentralisées.
Ce qu on doit savoir ,c'est quel régime juridique et quelles compétences seront appliqués.
En matière de régime juridique, il y a 3 formes principales liées au contrôle : le contrôle administratif, le contrôle hybride, et le contrôle juridictionnel
Le contrôle administratif est souvent désigné, contrôle à priori, qui suppose que tout acte de l'exécution communal ou régional doit d'abord requérir le visa du représentant de l'état central.
Le contrôle hybride ; qui régit les communes actuelles, énumère les actes à soumettre à l'état, et ceux à informer seulement l'état. Ce type de contrôle laisse encore l'exécutif trop lié au pouvoir central.
Enfin le contrôle juridictionnel, offre à l exécutif décentralisé des pouvoirs étendus, et se rapproche au fédéralisme, ici, seul une décision de justice peut annuler l'acte de l'exécutif, seulement si, la décision du maire ou du président de région est prise hors de son domaine de compétence transférée. On n'appelle cela le contrôle à posteriori.
S'il faut renforcer la décentralisation, je pense qu'il faudrait opter pour un contrôle juridictionnel ; qui responsabilise les élus locaux, et les permet de développer leurs collectivités loin des soubresauts de l'administration centrale. Pour cela, il faut que les compétences à transférer soient consistantes, et non cosmétiques.