RD Congo : le camp de Kabila lance sa centrale électorale, silence radio sur le candidat

La Majorité présidentielle (MP) a lancé lundi à Kinshasa sa "Centrale électorale", une structure technique devant l'aider à "gagner les élections à tous les niveaux" en RDC. Mais le nom du candidat à la prochaine
présidentielle, désormais prévue avant la fin de l'année 2017, n'a pas été dévoilé.
À la manœuvre, un homme : Aubin Minaku. Le secrétaire général de la Majorité présidentielle (MP) et président de l’Assemblée nationale a présidé, le 9 janvier sous le chapiteau de l’hôtel Pullman de Kinshasa, la cérémonie de lancement de la « Centrale électorale » de la MP en perspective des élections à venir.
L’heure presse en effet puisque l’accord politique conclu le 31 décembre 2016 a ramené l’organisation des scrutins présidentiels, législatifs et provinciaux au plus tard à décembre 2017 alors qu’ils étaient prévus en avril 2018 à l’issue du premier compromis politique conclu avec une frange de l’opposition congolaise.
« En réalité, c’est depuis le 9 octobre dernier que le chef de l’État a instruit le bureau politique de la MP à mettre en place cette centrale électorale », tente de justifier Adam Chalwe, membre du cabinet d’Aubin Minaku et coordonnateur des jeunes de la majorité. « Il n’est pas encore question de personnes ou de candidats mais de la stratégie à mettre en place pour gagner », ajoute-t-il, fidèle aux éléments de langage adoptés en interne.
Qui sera le candidat de la Majorité présidentielle ?
Lors de son discours de lancement de la Centrale électorale lundi, Aubin Minaku est resté sur la même ligne, préférant botter en toucher sur la question du candidat de la MP à la prochaine présidentielle. « La Majorité présidentielle est une structure bien organisée, disposant indiscutablement du meilleur projet de société pour la RD Congo tel que porté par son autorité morale, Joseph Kabila Kabange », a-t-il martelé. Et d’assurer : « Comme dans le passé, la MP alignera des candidats à tous les niveaux ».
En attendant, la Centrale électorale fraîchement lancée sera dirigée par un coordonnateur assisté par trois adjoints, « tous des techniciens », selon une source interne proche du dossier. « Seuls les membres des points focaux seront des personnalités politiques », précise-t-elle. Là aussi, silence radio sur les animateurs de cette structure électorale. « Ça fait partie de notre stratégie, nous ne voulons pas, pour l’instant, dévoiler les personnes qui animeront la centrale électorale. Mais elles sont déjà là », soutient Adam Chalwe.

jeuneafrique.com