Restrictions de visas, mur avec le Mexique : Trump inaugure sa politique anti-immigration

Donald Trump signera, à partir de mercredi, des décrets limitant l’immigration aux États-Unis, selon des médias américains. De nouvelles restrictions devraient viser les ressortissants originaires du Moyen-Orient.

C’est devant les employés du ministère de la Sécurité intérieure que Donald Trump précisera, mercredi 25 janvier, les premières mesures de sa politique anti-immigration. Le nouveau président américain devrait alors signer plusieurs décrets limitant l’octroi des visas, l’accueil de réfugiés, et l’immigration, selon le Washington Post et CNN.

"Grand jour prévu demain sur la SÉCURITÉ NATIONALE. Parmi beaucoup d'autres choses, nous allons construire le mur !", a tweeté Donald Trump, mardi soir.
Il s'est engagé pendant la campagne électorale à expulser les clandestins délinquants des États-Unis et à ériger un mur à la frontière, poreuse, avec le Mexique. Il veut aussi interdire l'entrée des musulmans sur son sol.
Nouvelles restrictions contre les ressortissants du Moyen-Orient
Reste à savoir comment le ministère de la Sécurité intérieure, qui sera dirigé par l'ancien général John Kelly, pourra appliquer ces mesures.
Jeudi, Donald Trump devrait signer des décrets sur l'immigration et les villes "sanctuaires", qui se sont engagées à refuser d'emprisonner les clandestins lorsque leur détention aura pour but de les expulser.
Ces décrets devraient limiter l'immigration et l'accès aux États-Unis pour les réfugiés et les détenteurs de visas en provenance d'Irak, d'Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, selon le Washington Post, qui souligne que les ressortissants de ces pays sont déjà confrontés à une série d'obstacles pour obtenir un visa américain.
Donald Trump a également promis de supprimer le programme "Daca", mis en place par son prédécesseur Barack Obama en 2012 et qui a permis à plus de 750 000 clandestins arrivés mineurs sur le territoire d'obtenir des permis de séjour et de travail.
France24