Tout sur le point G de la femme qui procure un plaisir inimaginable pendant l’acte s3xuel

point g

Le point G ou point de Gräfenberg est le nom d’une zone érogène du v.gin de forme bulbeuse de moins d’un centimètre de diamètre qui augmente de taille par la stimulation. Ce fameux point G provoque un orgasme chez la femme.

L’orgasme provoque chez les deux s3xes la sécrétion de différentes substances chimiques dans le cerveau : les neurotransmetteurs, responsables de plusieurs effets. En premier la dopamine, sécrétée par le circuit de la récompense, provoque une forte sensation de plaisir.
Ensuite, l’ocytocine, sécrétée par un autre circuit (hypothalamo-post-hypophysaire), provoque une sensation de bien-être et pourrait être liée à un renforcement de l’attachement au sein du couple. Enfin, les endorphines nous apportent un certain degré de béatitude et d’inexcitabilité pendant quelque temps. Les centres hypothalamiques qui avaient orchestré toute cette effervescence ne déchargent plus, l’érection retombe et la lubrification vaginale se tarit, la vasodilatation cutanée disparaît et c’est à ce moment-là que nous remettons sur nos corps nus les draps, car nous commençons à nous refroidir. L’acte s3xuel stimulerait également les défenses naturelles de l’organisme et le choc émotionnel associé à l’effort physique mobilise les muscles, l’activité vasculaire, respiratoire, cardiaque, ainsi que le cerveau.
point G

Existe-t-il vraiment, ou est-ce une invention ? Est-il la fameuse « clé » de l’orgasme féminin, comme certains le prétendent ?

Le point G a été décrit en 1950 par le gynécologue allemand Ernst Grafenberg. Il s’agit d’une partie rugueuse de 1,5 à 2 cm, située sur la paroi vaginale antérieure, à environ 2 ou 3 cm de l’entrée du vagin. La stimulation répétée de cette zone provoquerait dans un premier temps une envie d’uriner, puis mènerait, chez certaines femmes, à des orgasmes violents. À la fin de la phase orgasmique, cette zone gonflerait considérablement.
Image associée

Trouver le point G seule ou à deux

Le point G se situe sur la face antérieure du vagin entre 3 et 8 cm à l’intérieur, le long de l’urètre au niveau où celui-ci rejoint la vessie. A mi-chemin entre l’os pubien et le col de l’utérus, il a la forme d’une petite boule palpable de moins d’un centimètre qui augmente de taille lors d’une stimulation. Sans influence sur la qualité des sensations, la grosseur de cette zone varie considérablement d’une femme à l’autre. Pour certaines, l’ensemble de la paroi antérieure serait sensible.
Résultat de recherche d'images pour "le point G et le plaisir"

afrikmag.com