USA: Quelques dessous de l’investiture de Donald Trump

trump-prete-serment
Voici quelques détails de l’investiture de Donald Trump à Washington ce vendredi 20 janvier 2017

Deux bibles

Donald Trump a choisi de prêter serment sur deux bibles : celle retenue par Abraham Lincoln en 1861 et une autre, que lui avait offerte sa mère en 1955. Barack Obama avait également prêté serment en 2009 et en 2013 sur la « bible Lincoln » en hommage au « grand émancipateur » des Noirs américains. Donald Trump, qui n’a pas justifié son choix, ne sera que le troisième président à prêter serment sur cette bible particulière.

Six représentants religieux

Donald Trump a prié une télévangéliste, un rabbin, un pasteur afro-américain, un révérend controversé, l’archevêque de New York et un révérend hispanique de prendre la parole durant la cérémonie d’inauguration. La télévangéliste Paula White et le révérend Franklin Graham – critiqués pour des propos homophobes – sont les seuls à avoir ouvertement soutenu Donald Trump.

Une chanteuse de 16 ans

Elton John, le groupe Kiss ou encore Céline Dion : la liste des stars ayant refusé de participer à l’investiture de Donald Trump est bien plus longue que celle des artistes ayant répondu présents. Parmi ces derniers, une jeune fille va se faire particulièrement remarquer : il s’agit de Jackie Evancho, 16 ans. Elle interprétera l’hymne américain. Cette jeune chanteuse est surtout connue pour avoir été finaliste de l’émission de télé crochet America’s got talent en 2010 à l’âge de 10 ans.

Pas de Charlie Brotman

C’était la voix officielle des cérémonies d’inauguration américaine. Charlie Brotman avait commenté chacune des parades présidentielles depuis 1957, c’est-à-dire depuis le second mandat de Dwight D. Eisenhower.  Mais Donald Trump a décidé qu’à 88 ans, il était temps pour Brotman de prendre sa retraite. Il le lui a fait savoir par e-mail qu’il allait être remplacé par un jeunot de 58 ans. Il lui sera cependant rendu un hommage spécial durant le spectacle.

Un événement à 200 millions de dollars

Ce montant record excède d’une dizaine de millions de dollars le coût de l’inauguration de Barack Obama en 2009. La plus importante partie de l’argent, environ 100 millions servira à assurer la sécurité de la cérémonie. En tout, près de 30 000 agents ont été mobilisés pour l’occasion.

27 groupes de manifestants

Il y a le groupe DisruptJ20, qui veut réussir à interrompre la cérémonie ou la retarder, l’Answer Coalition, un mouvement pacifiste ; ou encore Occupy Inauguration…
Tous espèrent raviver la flamme du mouvement Occupy Wall Street. En tout, les autorités de Washington ont autorisé 27 groupes à manifester contre le président élu.

Trois bals pour le président

Donald Trump et sa femme, Melania, feront une apparition à trois bals de gala. C’est peu. Jusqu’à maintenant, les présidents américains assistaient en moyenne à dix bals, rappelle l’agence Reuters. Le record revient à Bill Clinton qui, en 1997, avait fait un véritable marathon en se rendant à quatorze de ces fêtes organisées par des donateurs privés en l’honneur du nouveau président.
afrikmag.com