Ghana: Découvrez pourquoi certaines femmes n’aiment pas les préservatifs

ghaneenes
L’utilisation du préservatif contribue à une pratique s3xuelle sans danger permettant à plusieurs pays de réduire la progression des maladies sexuellement transmissibles. Et contrairement aux allégations
soutenant que la vente de préservatifs augmente pendant la Saint-Valentin, certaines Ghanéennes ne les aiment pas.
Selon des rapports, des Ghanéennes ont affirmé que non seulement les préservatifs donnent la sensation d’être glissants et froids, mais ils enlèvent un niveau d’intimité cru avec leurs partenaires.
Dans une interview accordée à Adom News, le Dr Baffour Poku, de l’Hôpital d’Enseignement Komfo Anokye, s’est dit surpris de la plainte choquante qu’il a reçue de femmes dont les partenaires utilisent des préservatifs pendant les rapports s3xuels.
Selon lui, certaines des femmes ont dit que les préservatifs donnent l’impression que l’homme a enveloppé son p3nis avec du plastique.
« La sensation n’est pas aussi agréable pour moi, et je constate que mon v*gin souffre plus après ». Une autre femme lui a confié ceci: « les préservatifs sont moins intimes. J’aime la façon dont la peau douce et dure du p3nis touche ma peau, mais je ne peux pas sentir cela avec un préservatif ».
Le Dr Baffour Poku a signifié que ces opinions franches de ses patientes sont très inquiétantes puisque les rapports s3xuels à risque sont à blâmer pour les cas élevés de grossesses ectopiques dans le pays.
Il a noté qu’une recherche menée par l’hôpital montre également qu’après la célébration de la Saint-Valentin, beaucoup de femmes se rendent à l’hôpital avec des grossesses extra-utérines et des avortements mal faits quelques semaines.
Dr Baffour Poku a appelé les femmes à avoir des rapports protégés pour sauver leur vie, en particulier pendant la Saint-Valentin.
afrikma.com