Le Département d'Etat américain répond à l'appel lancé par les Camerounais occidentaux sur la crise anglophone en cours.Le Département américain des États demande aux "anglophones" de conserver des preuves

 
Le Département américain des États demande aux "anglophones" de conserver des preuvesLe Département d'Etat américain répond à l'appel lancé par les Camerounais occidentaux (Citoyens
de l'ex-Cameroun britannique du Sud) sur la crise anglophone en cours.

Le Département d'État des États-Unis, par l'entremise de son Bureau des affaires étrangères à Washington DC, répond aux appels des Camerounais occidentaux concernant les troubles politiques en cours dans le Cameroun occidental. BaretaNews a rassemblé que le 16 janvier 2017, les Camerounais du Nouveau Mexique ont écrit au Bureau des affaires africaines du Département d'État des États-Unis pour examiner la situation des Camerounais occidentaux. Parmi les diverses questions soulevées, on mentionnait les arrestations arbitraires, les détentions et la lettre de douze pages que les évêques anglophones de la province ecclésiastique de Bamenda avaient adressée au gouvernement sur le problème anglophone.
Selon le communiqué du Département d'Etat américain, ils suivent avec un vif intérêt la collaboration avec l'ambassade américaine à Yaoundé. Ils ont également reconnu que ces derniers mois, le Bureau a reçu de nombreux appels et des messages concernant les troubles politiques actuels dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun.
Dans le prolongement de la situation, Benjamin D. Mossberg, au bureau camerounais du Département des affaires africaines, écrit:
«Nous continuerons à travailler de manière diplomatique avec les organisations syndicales, la société civile, les personnalités politiques et les responsables gouvernementaux afin d'encourager un dialogue crédible pour faciliter la situation et encourager un résultat acceptable pour tous les Camerounais».
En outre, les efforts déployés par les camerounais occidentaux pour trouver des solutions durables aux problèmes ont été appréciés. Ils ont exhorté les Camerounais occidentaux à garder en sécurité toute preuve qui pourrait être perdue en raison de la distance et des communications en ligne. Il s'agit notamment de vidéos, de photographies et d'autres témoignages oraux. Ils encouragent également les Camerounais occidentaux à rester en contact avec le Département des affaires d'Etat des États-Unis pendant qu'elle poursuit ses enquêtes diplomatiques.
Il faut rappeler qu'une politicienne américaine Karen Bass représentant le District de Californie à Washington DC le 3 février 2017 avait condamné l'intimidation contre les Camerounais occidentaux par le gouvernement de la République du Cameroun. D'après les informations recueillies, elle a demandé au gouvernement de respecter le droit à l'autodétermination et la liberté d'opinion de la population anglophone.
Cette déclaration du Département d'État des États-Unis arrive à un moment où la lutte s'intensifie; Une époque où les habitants du Cameroun occidental doivent démontrer le plus grand boycott comme une stratégie non violente pour obliger le gouvernement à reprendre un dialogue significatif avec le peuple. BaretaNews note que c'est un bon mouvement diplomatique dans la lutte. De plus, BaretaNews ajoute sa voix en demandant à d'autres organisations internationales d'intervenir.
Restez à l'écoute avec BaretaNews

cet article est la traduction de la version anglaise ci-dessous
US Department of States Request “Anglophones” To Keep Evidence
US Department of State Responds to Call from West Cameroonians ( Citizens of Former British Southern Cameroons) on the Ongoing Anglophone Crisis.

The US Department of State, through her Bureau of Foreign Affairs in Washington D.C., respond to calls by West Cameroonians regarding the ongoing political unrest in West Cameroon. BaretaNews gathered that on January 16th, 2017, Cameroonians in New Mexico wrote to the Bureau of African Affairs in the United States Department of State to look into the plight of West Cameroonians. Amongst a variety of issues raised, they mentioned the current arbitrary arrests, detentions, and the twelve-page letter that Anglophone Bishops of the Ecclesiastical Province of Bamenda had issued to the government on the Anglophone Problem.




According to the communique by the US Department of State, they are following up with a keen interest in collaboration with the US Embassy in Yaounde. Also, they acknowledged the fact that in the past few months, the Bureau has received numerous calls, and messages regarding the current political unrest in the North West and South West Regions in Cameroon.

As a follow-up of the situation, Benjamin D. Mossberg at the Cameroon Desk in the Department of African Affairs writes:

“We will continue to work diplomatically with Labour organizations, civil society, political figures and government officials to encourage credible dialogue to ease the situation and encourage an outcome acceptable to all Cameroonians”.

Furthermore, the efforts made by West Cameroonians towards finding lasting solutions to the problems were appreciated. They urged West Cameroonians to keep safe any evidence that might be lost because of distance and online communications. These include videos, photographs, and other oral testimonies. They also encourage West Cameroonians to keep in touch with the US Department of State Affairs while she continues with her diplomatic investigations.


It should be reiterated that a United States Politician Karen Bass representing the District of California in Washington D.C. on February 3, 2017, had condemned intimidation against West Cameroonians by the government of the Republic of Cameroon. From information gathered, she had called on the government to respect the rights to self-determination and freedom of opinion of the English-speaking population.

This statement from the U.S. Department of State is coming in at a time when the struggle is getting more intensive; a time when the people of West Cameroon are to demonstrate the biggest boycott as a non-violent strategy to compel the government to return to meaningful dialogue with the people. BaretaNews note that this is a good diplomatic move in the struggle. Also, BaretaNews add its voice by calling on other international organizations to intervene.

Stay tuned with BaretaNews

Source:bareta.press/theus-department-states-request-anglophones-keep-evidences/