Tribunal militaire - Yaoundé : Le procès des leaders anglophones renvoyé au 23 mars


 
Plus de 120 Avocats a la cour pour defendre les leaders Anglophones.

Le procès de fougue a finalement ouvert ce lundi après le fiasco enregistré le 3 février.

Le président et le secrétaire général du Consortium de la société civile anglophone du Cameroun (CACSC), les avocats Félix Nkongho Agbor-Balla et Fontem Neba ont été respectivement traduits devant le tribunal militaire de Yaoundé aujourd'hui avec Mancho Bibixy.

 Les militants qui ont été arrêtés dans les capitales régionales des deux régions anglophones, Bamenda et Buea, et rapatriés rapidement à Yaoundé sont accusés, entre autres, de terrorisme dans le cadre de la crise actuelle dans les régions. Ils ont tous plaidé non coupable.

Des sources disent qu'avant que l'accusé ait plaidé leur cause, l'avocat de la défense a contesté la tentative du tribunal de lire les accusations en langue française.

Une batterie de défenseurs de l'Association du Barreau du Cameroun, y compris les anciens Batonniers, défendent les dirigeants.
The crowd-pulling trial finally opened this Monday after the fiasco recorded on February 3.
The president and secretary general of the outlawed Cameroon Anglophone Civil Society Consortium (CACSC), Barrister Felix Nkongho Agbor-Balla and Dr Fontem Neba were respectively arraigned at the Yaounde military court today together with Mancho Bibixy.
 The activists who were arrested in the regional capitals of the two Anglophone regions, Bamenda and Buea and promptly whisked off to Yaoundé are charged among other things for terrorism in connection with the ongoing crisis in the regions. They all pleaded not guilty.
Sources say before the accused pleaded their case, the counsel for the defence objected the court’s attempt to read the charges in the French language.
A battery of advocates from the Cameroon Bar Association including former Batonniers are defending the leaders.