Un secret incroyable pour avoir de beaux enfants

Chaque parent serait fier d’avoir de beaux enfants. Quoique, tout bébé est mignon aux yeux de ses géniteurs ! Vous n’avez plus d’inquiétude à vous faire, ce secret légendaire vous aide à mettre toutes les chances de votre côté pour concevoir de beaux enfants, sains de corps et d’esprit.

  • Admirer des paysages magnifiques
  • Dès que vous vous rendez compte que vous êtes enceinte, développez l’habitude de regarder de belles photos ou œuvres d’art, de visiter de beaux endroits et de partager de belles paroles qui vous inspirent et vous relaxent. Il est prouvé que votre bébé ressent toutes les vibrations que vous lui transmettez. Il est donc préférable qu’il soit influencé et modélisé par des pensées positives.
    Une enquête de la Fondation PremUp, organisme qui œuvre pour la santé de la femme enceinte et du nouveau-né, ainsi que d’autres études spécifiques attestent qu’il existe bel et bien une incidence du stress prénatal sur le déroulement de la grossesse et sur les formes corporelles, la beauté et la santé du bébé avant la naissance.
    Le mécanisme qui se produit est que le stress génère des sécrétions hormonales qui passent la barrière placentaire et qui peuvent se retrouver en plus ou moins grande quantité dans le sang du fœtus, ce qui a des répercussions sur le développement psychophysiologique du bébé.
    D’autres études, notamment celles de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale de Paris, ont démontré que de violents bouleversements émotionnels chez la femme enceinte pouvaient engendrer des malformations congénitales et diverses pathologies fœtales. La parole (des propos extrêmement sécurisants et fiables) serait, dans ce contexte, l’un des premiers traitements pour améliorer le bien-être maternel et, partant, du bébé.

  • Manger des aliments sains
  • Il est de notoriété que l’alimentation de la femme enceinte influe sur la santé du bébé. Cependant, il est aussi essentiel de savoir qu’elle influence et façonne les goûts et le développement du fœtus. En effet, à partir du quatrième mois de grossesse, pratiquement tous les organes de sens (yeux, oreilles, nez, bouche) sont formés. Le fœtus possède des milliers de bourgeons gustatifs qui l’amènent à déterminer les saveurs des aliments. 
    Des scientifiques ont confirmé cette étape du développement fœtal en injectant différentes solutions à travers le ventre de femmes enceintes. Ainsi, lorsque le fœtus perçoit un aliment sucré, il réagit en avalant une grande quantité de liquide amniotique. À rebours, lorsqu’il est en contact avec une solution amère, il ralentit sa déglutition.

  • Ne surtout pas fumer
  • Le psychothérapeute Benjamin Lubszynski explique, dans un court traité sur les effets et risques du tabac sur le fœtus, que, d’une part, la nicotine infiltre le placenta, puis est absorbée par le bébé et, d’autre part, le monoxyde de carbone provenant de la fumée inhalée par la femme enceinte passe à travers le sang du fœtus et peut le priver partiellement d’oxygène. Ce tabagisme passif in utéro a des conséquences très graves sur la physionomie du bébé, notamment :
    • Une hypotrophie, caractérisée par un faible poids du bébé à la naissance et pouvant l’exposer à de nombreuses complications
    • Une diminution de la taille et du périmètre crânien
    • Prématurité
    • Anomalies du rythme cardiaque
    • Risque de mort subite du nourisson

  • Sourire et être toujours heureux
  • Des travaux du docteur Kisilevsky de l’Université Queen’s de Kingston au Canada révèlent que le fœtus est réceptif aux sons provenant de l’extérieur, à partir de la trentième semaine. Dans cette logique, un environnement agréable à la femme enceinte est favorable à l’épanouissement psychomoteur du bébé, car il perçoit régulièrement l’intensité et le ton des voix qui l’entourent. Ainsi, selon l’harmonie du milieu, le rythme cardiaque de la femme enceinte influence celui de l’enfant. Une étude publiée par la Fondation Chagnon, qui soutient la promotion familiale et la réussite éducative, a confirmé l’influence d’un environnement heureux sur le développement cardiaque de l’enfant. Les chercheurs ont donné des caresses de différentes intensités à une vingtaine de bébés de 9 mois et ont constaté que leur rythme cardiaque se normalisait lorsque les caresses étaient à vitesse moyenne, ce qui traduirait l’instauration d’une meilleure harmonie.