Une hôtesse de l’air devient une héroïne en sauvant une adolescente, découvrez ce qu’elle a fait

adolescente

De milliers de personnes sont retenues en captivité dans le monde et sont des victimes du trafic d’êtres humains.

La police recherche activement les coupables de ce vaste réseau qui endeuille de nombreuses familles dans le monde. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui sont transformés en esclaves s3xuels ou tués pour leurs organes. Pour améliorer la sécurité des gens, différentes personnes se sont spécialisées pour pouvoir reconnaître les différents trafiquants.
Voici l’histoire de Shelia Frederik une hôtesse de l’air qui a sauvé une jeune fille qu’elle soupçonnait d’être victime de trafic d’êtres humains.
Employée au sein de la compagnie Alaska Airlines, Shelia a constaté au cours d’un de ses vols, deux passagers étranges. En effet, elle a remarqué un homme bien habillé en compagnie d’une adolescente qui était débraillée. Le comportement de la jeune fille l’a alerté car elle semblait ne pas bien se sentir et elle avait l’air d’avoir traversé un véritable enfer. Shelia explique qu’elle a trouvé que l’adolescente regardait son entourage avec une grande tristesse.
Pour confirmer ses soupçons, elle a donc déposé un papier et un stylo aux toilettes et a demandé discrètement à la jeune fille de se rendre aux toilettes. Ses doutes étaient fondés car l’adolescente a écrit sur le papier « Sauvez-moi ».
Shelia a donc prévenu le pilote qui a automatiquement contacté la police. Grâce à elle, l’adolescente n’a pas été vendue comme une esclave s3xuelle et elle a retrouvé sa liberté. En effet, les agents de bord sont formés pour reconnaître les signes de trafics d’êtres humains. Les victimes apparaissent comme des personnes contrôlées, meurtries, battues. Elles ne répondent pas aux questions et évitent les contacts visuels.
Les trafiquants utilisent plusieurs méthodes pour avoir de nouvelles victimes. Vous devez faire attention aux personnes que vous rencontrez dans la rue ou sur internet en particulier sur les réseaux sociaux. Soyez vigilants!
afrikmag.com