Les Dicateurs Africains passent un sale temps aux Etats Unis après le discours de Donald Trump. Ali Bongo exclu du dîner offert par Donald Trump aux chefs d’Etat africains

Ali Bongo exclu du dîner offert par Donald Trump aux chefs d’Etat africains
Le dictateur gabonais n’a pas reçu d’invitation pour être parmi les convives du président américain
mercredi soir dans un restaurant huppé de New York.
Farida KAIDER
C’EST un nouveau camouflet diplomatique pour Ali Bongo. Le dictateur gabonais n’a pas été convié au dîner de travail offert mercredi soir par Donald Trump aux chefs d’État africains en marge de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies.
Selon une source diplomatique, le despote gabonais aurait été frappé d’ostracisme parce qu’il n’est pas un démocrate. « Le président Donald Trump ne veut pas collaborer avec des dictateurs. Il avait clairement affiché sa position lors de son premier discours à l’Assemblée générale de l’Onu », a commenté un diplomate  onusien.
« Ali Bongo fait partie de ces dirigeants qu’avait indexés le président Trump. Il ne pouvait donc pas être associé à un dîner des démocrates (…) La Maison Blanche est parfaitement au courant de ce qui se passe au Gabon. Les autorités américaines savent que M. Ali Bongo a truqué l’élection présidentielle », a renchéri le diplomate, précisant que le protocole gabonais était très déçu d’apprendre qu’Ali  Bongo n’était pas convié à ce prestigieux dîner.
Le président américain a offert le dîner en dehors de la Maison Blanche, dans un cadre moins formel et plus détendu. Plusieurs grandes tables ont été proposées à la délégation africaine. Les agapes des différents chefs d’État étaient somptueuses. L’hôtel choisi a proposé à sa carte nombre de mets d’exception : Homard bleu au four, tomate et olives noires, volaille fermière dorée, pois chiches torréfiés, oseille ou pomme de Noirmoutier, crème fumée, caviar gold etc.
Ce dîner a permis d’aboutir à des avancées diplomatiques. Le président américain a réaffirmé son aspiration en faveur de la démocratie, le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et le développement des pays africains.

Ali Bongo et Denis Sassou Nguesso étaient les exclus de la soirée.
Des valeurs que ne garantit pas du tout le dictateur Ali Bongo. D’où évidemment le refus du président américain de l’associer à ce prestigieux dîner. Donald Trump n’a pas voulu donné une prime à l’imposture et à la forfaiture gabonaises. Un autre dictateur exclu du dîner est Paul Biya du Cameroun et Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville.
Source: matindafrique.com