Cameroun : comment éviter la fracture  francophone-anglophone?

La colère gronde dans les deux provinces qui ont symboliquement proclamé leur indépendance le
1er octobre. Elle a pris de court la classe politique traditionnelle. Du côté du pouvoir comme de l’opposition, les « durs » tiennent le haut du pavé.
Il n’y a toujours pas un chat dans les rues de Bamenda dans le nord-ouest du Cameroun. Des patrouilles de l’armée vont et viennent sur des avenues désertes. Les banques et les commerces gardent leurs rideaux baissés. L’épicentre de la révolte anglophone a des apparences de ville abandonnée. Le 1er octobre, la proclamation symbolique d’indépendance a été violemment réprimée par les forces de l’ordre : 10 morts selon le gouvernement, 17 selon Amnesty international, 100 selon le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac). Depuis, plus rien ne bouge, comme si le pays était saisi de tétanie. « Il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre, assure un avocat. Rien ne peut bouger tant qu’il n’est pas rentré. »
« Il », c’est le président camerounais, Paul Biya. Il a quitté son pays le 17 septembre pour se rendre à l’Assemblée générale de l’ONU, puis s’est envolé en Suisse pour un séjour privé. Le 6 octobre, à l’heure où nous écrivions ces lignes, il n’était toujours pas rentré, et rien ne filtrait de l’hôtel genevois où le chef de l’État a ses habitudes – un établissement dont les activistes de la diaspora aiment de temps à autre perturber la tranquillité.
En son absence, personne au gouvernement ne paraît en mesure d’assumer la responsabilité de ce qui s’est passé dans l’ancien Cameroun britannique. Le Premier ministre, Philémon Yang, lui-même anglophone, n’a fait aucune déclaration et n’a pas pris part aux contre-manifestations organisées par le pouvoir. Le ministre de la Communication s’est certes montré offensif, mais contre les médias. Fin septembre, Issa Tchiroma a fait une tournée des rédactions télé pour mettre les journalistes en garde : « Si vous donnez la parole aux sécessionnistes, je fermerai votre télévision ! »
Aucun des poids lourds connus n’est parvenu à récupérer l’insurrection pour en tirer un bénéfice politique
Le RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais), le parti au pouvoir, a organisé des marches pour l’unité nationale et pour la paix dans les grandes villes francophones. On y a vu les ministres au profil politique, dont le ministre d’État chargé de la Justice, Laurent Esso, et le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo – deux proches collaborateurs et bon connaisseurs des méthodes de ce président qui gouverne à distance.

Une opposition inaudible

En face, l’opposition a également tenté d’exister. En vain. Inaudible, elle n’est jamais parvenue à s’imposer dans le jeu : il y a un an, ce sont des corporations d’enseignants et d’avocats qui ont déclenché la grève – seuls, sans l’aide d’aucun parti. Leur emboîtant le pas, les populations sont descendues dans les rues sans que, là encore, le mot d’ordre ait été lancé par les adversaires traditionnels du pouvoir.
Ceux-ci ont même plutôt paru pressés de rejoindre – voire de capter – le mouvement. Et c’est ainsi que Joseph Mbah Ndam, le président du groupe parlementaire du Social Democratic Front (SDF), s’est retrouvé sommé de démissionner de son mandat de député par une foule qui a déferlé dans sa résidence de campagne. Sous la pression, ce parlementaire madré a promis du bout des lèvres, mais ne s’est pas exécuté.
C’est un fait : aucun des poids lourds connus n’est parvenu à récupérer l’insurrection pour en tirer un bénéfice politique. L’opposant emblématique John Fru Ndi dit avoir tenté en vain d’alerter le chef de l’État sur la menace que la montée des opinions sécessionnistes faisait peser sur l’unité nationale. « Maintenant, estime le fondateur du SDF, il est trop tard. »
Maurice Kamto, Jean-Jacques Ekindi ou Kah Walla ont donné des conférences de presse et publié des communiqués appelant au dialogue mais sont demeurés peu audibles. Affaiblis et gênés aux entournures, les leaders reconnaissent la légitimité des revendications anglophones mais préfèrent prendre leurs distances avec l’idée de séparatisme. Dans cette atmosphère de suspicion généralisée, le choix est vite fait : mieux vaut passer pour faible que risquer d’apparaître comme antipatriote, voire de cautionner la sécession orchestrée par des « terroristes ».

Cameroun indivisible à tout prix

Pendant les événements de Bamenda, francophones et anglophones s’écharpaient sur… les réseaux sociaux. Et les assauts verbaux étaient d’une rare violence, les anglophones accusant les francophones de les déshumaniser. Bernard Okalia Bilai, le gouverneur de la région du Sud-Ouest, n’avait-il pas maladroitement déclaré : « Si les chiens continuent à aller dans la rue pour mordre, ils vont rencontrer les forces de l’ordre. »
À ceux qui s’indignent que des personnes soient tuées pour une déclaration symbolique d’indépendance, des internautes particulièrement véhéments, réunis autour du slogan « le Cameroun est un et indivisible », répondaient que l’unité nationale n’avait pas de prix. Assurément, les événements du 1er octobre laisseront des stigmates difficiles à effacer dans les esprits.
Le bilan sanglant de cette journée d’émeute n’a pas échappé aux partenaires du Cameroun, dont la France, qui presse le pouvoir d’ouvrir le dialogue. « Nous encourageons le règlement des tensions actuelles par le dialogue, en vue de répondre, de manière pacifique et concertée, aux préoccupations de toutes les parties, dans le respect de l’unité et de l’intégrité du pays », a déclaré le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.
Loin de démobiliser les frondeurs, les arrestations de leurs camarades les ont radicalisés
Même le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune a souligné la nécessité d’un dialogue. Mais il ne s’agit pour l’heure que d’une éventualité dont on n’est pas sûr qu’elle se concrétisera. « Le président Biya n’a pas le goût des palabres de réconciliation. Il privilégie les négociations secrètes et les débauchages de certains meneurs pour diviser et affaiblir les frondeurs », confie un politologue.
Cette diplomatie parallèle a pour l’instant échoué. Certes, le pouvoir a cédé à certaines des exigences du Cameroon Anglophone Civil Society Consortium (CACSC), le regroupement de syndicats qui a lancé la grève à l’origine de l’insurrection. Yaoundé a consenti à la traduction des textes Ohada (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires) en anglais et à la création d’une section common law à l’école de magistrature.
Le gouvernement a aussi tenté de pallier les inégalités dénoncées par les mécontents en créant, le 23 janvier dernier, une Commission nationale de promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), chargée d’assurer le suivi et la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles faisant de l’anglais et du français deux langues officielles d’égale valeur au Cameroun.

Une tournure calamiteuse

Des syndicalistes ont été arrêtés, accusés de terrorisme et incarcérés. Mais Paul Biya s’est très vite rendu compte que le remède judiciaire était pire que le mal. Loin de démobiliser les frondeurs, les arrestations de leurs camarades les ont radicalisés. À leur sortie de prison, le président et le secrétaire général du consortium, Felix Agbor Balla Nkongho et Fontem Neba, ont pu constater que leur proche compagnon Wilfred Tassang avait renoncé au fédéralisme pour désormais frayer avec les sécessionnistes. Humiliés, délégitimés, ils se font discrets alors que les séparatistes haussent le ton.
Et en attendant que le chef de l’État sorte de son silence, toutes les questions restent en suspens : avec qui le gouvernement discutera-t-il ? De quoi, d’ailleurs, pourrait-on discuter ? De la décentralisation telle que prévue par la Constitution de 1996 et dont les textes d’application auraient pu permettre d’éviter la crise actuelle ? Ou du retour au fédéralisme ? Et si cette option est retenue, aurait-on deux, quatre ou dix États ?
« Il ne faut pas déconnecter la tournure calamiteuse prise par cette crise de l’agenda politique », prévient le juriste Akere Muna. Cet ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, candidat à la prochaine élection présidentielle, affirme qu’il est temps pour le président Biya de se retirer. Avant même le début de la fronde, il pensait déjà que l’heure était venue de porter un anglophone à la tête du pays dès 2018. Une éventualité qui permettrait à coup sûr d’enlever l’argument de la discrimination aux tenants de la partition… Mais en l’absence du chef, le Cameroun est contraint aux spéculations.

De quoi l’Ambazonie est-elle le nom ?

À l’origine, l’Ambas est une baie du golfe de Guinée, dans la province du Sud-Ouest. L’Ambazonie rêvée des indépendantistes épouse les contours territoriaux de l’ex-Southern Cameroons. Convaincus de leur capacité à s’en sortir par eux-mêmes, ses citoyens virtuels ont un hymne, et leur drapeau a été hissé sur plusieurs localités du Cameroun anglophone. Ils ont même un président autoproclamé, Julius Sisiku Ayuk Tabe, un ingénieur informaticien formé à l’université de Sheffield, en Angleterre, mais qui vit et travaille aux États-Unis. Le 22 septembre, 700 manifestants habillés aux couleurs de cet État virtuel ont assiégé l’hôtel new-yorkais où résidait le président camerounais en scandant « Biya must go! ». Preuve que, chez beaucoup, les revendications séparatistes ou fédéralistes reposent avant tout sur une profonde aspiration à l’alternance.
Source: Jeune Afrique