Communiqué: Les Etats-Unis juge "inacceptables" "profondément préoccupé par la violence et les pertes de vies humaines lors de manifestations qui ont eu lieu dans les régions camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis le 1er octobre", appelant les autorités camerounaises à "respecter les droits de l'homme".

L’image contient peut-être : texte 
Les Etats-Unis ont jugé mercredi "inacceptables" les violences en marge d'une proclamation
symbolique d'"indépendance" du Cameroun anglophone, appelant les autorités camerounaises à "respecter les droits de l'homme".
Dans un communiqué, le département d'Etat américain se dit "profondément préoccupé par la violence et les pertes de vies humaines lors de manifestations qui ont eu lieu dans les régions camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis le 1er octobre".
"Le recours à la force par le gouvernement camerounais pour restreindre la liberté d'expression et le droit de réunion pacifique, ainsi que les violences par les manifestants, sont inacceptables", ajoute la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

"Nous exhortons le gouvernement du Cameroun à respecter les droits de l'homme et la liberté d'expression, y compris l'accès à internet", et "appelons toutes les parties à la retenue" et à "ouvrir un dialogue pour une solution pacifique et durable", écrit-elle dans son communiqué.

Dimanche, les indépendantistes anglophones du Cameroun ont tenté de manifester pour proclamer symboliquement l'"indépendance" de ces deux régions. Quatorze personnes ont été tuées dans les violences en marge de cette proclamation symbolique. En outre, cinq prisonniers ont été tués alors qu'ils tentaient de profiter de la situation et de s'enfuir de la prison de Kumbo (Nord-Ouest).

Certains anglophones exigent le retour au fédéralisme, tandis qu'une minorité réclame la partition du Cameroun. Deux scénarios que refuse catégoriquement Yaoundé, qui avait déployé d'importantes forces de sécurité en amont des manifestations prévues dans les régions anglophones.

L’image contient peut-être : texte