Fécafoot : Le temps des règlements des comptes ? Qui se cache derrier Maître Dieudonné Happi?


Si l’installation du nouveau comité de normalisation que dirige Maître Dieudonné Happi, a été
applaudie par tous,  on peut aujourd’hui se poser des questions sur les réelles motivations  des actes que pose le président de ce comité de normalisation qui est plus enclin aux remplacements de certains cadres de la fécafoot  qu’à s’appesantir sur la révision des textes devant mener à une nouvelle élection au mois de février prochain.


Installé au début du mois de septembre dernier au siège de la fédération camerounaise de football à Yaoundé par la mission conjointe CAF-Fifa, le groupe de 5 que dirige Me Dieudonné Happi  a beaucoup plus fait parler de lui dans des affaires de  limogeages en cascade qu’autre chose. Il faut signaler que leur arrivée à Tsinga est  consécutive à l’élection de Tombi A Roko  faite sur la base de mauvais textes édictés par l’ancien comité de normalisation dirigé par le Professeur Joseph Owona. On se serait attendu à ce que  la bande à Me Happi s’attaque rapidement au nœud du problème que devrait être la réécriture des textes en sa qualité de praticien du droit pour l’organisation de nouvelles élections. Que non.  L’avocat au barreau du Cameroun semble plus à l’aise à nettoyer la maison dont il a la charge qu’à faire autre chose.

La chasse aux sorcières ?

Même si cela parait normal de faire le ménage dans la tour de Tsinga en démettant de leur fonction les caciques de l’ancien régime, force est de constater que leurs remplaçants force l’interrogation. Le choix du journaliste Martin Etonge  pour remplacer Blaise Moussa au secrétariat général en est une preuve que Me Dieudonné Happi  pourrait être dans une logique de récompenses.  L’ancien  chef de cabinet de John Begheni Ndeh, ex-vice-président de la Fécafoot sous Iya Mohammed, aujourd’hui SG de la fécafoot  s’était rendu célèbre en laissant ouvert son téléphone au profit de Samuel Eto’o, lors d’une réunion de crise tenue en 2011 au ministère des sports sous la houlette du ministre Michel Zoa. Il avait été écarté des affaires de la fécafoot et mis à la disposition de la direction technique nationale. Sa réhabilitation par le nouveau comité de normalisation n’aurait rien de surprenant, de l’avis de certains observateurs avertis.

 Les liens entre Me Happi et l’ancien capitaine des Lions indomptables Samuel Eto’o sont connus de tous. Le président du comité de normalisation est, non seulement, un des conseils attitrés d’Eto’o mais aussi le père de Wilfried Happi, le manager du quadruple ballon d’or africain. Cette proximité entre les deux hommes donne raison à ceux qui estiment que Me Dieudonné Happi agirait selon les ordres de son mentor qui serait d’ailleurs à l’origine de sa nomination comme numéro un de ce comité de normalisation.

 Ainsi, les anciens cadres nommés par l’ancien exécutif mal élu qui était hostile au joueur d’Antalyaspor sont remerciés sans ménagement. Après Blaise Moussa, Faustin Mbida, le prochain départ est annoncé dans le service de communication de l’instance faîtière du football camerounais. Laurence Fotso, la responsable communication et marketing, de sources concordantes, sera la prochaine victime. Pour la remplacer, le nom d’Armand Djock, ancien cellcom de la Ligue de football professionnel (LFPC), revient avec insistance. Même au niveau de l’équipe nationale, le team manager Alphonse Tchami devrait faire ses valises, toujours selon notre source, au profit du journaliste Martin Camus Mimb, un proche de Samuel Eto’o.  Me Dieudonné Happi serait-il en mission commandée ? Difficile de répondre par la négative, si on s’en tient au dessin  qui prend forme à partir de ses nominations.

Léger Tientcheu
Source: 45fois2.com