Parallèles entre Weah et Eto'o ''Et si Éto'o Fils faisait comme Georges Uppon Weah'' George Weah est retourné à l'école... Voici le parcours de weah

http://www.ocameroun.info/wp-content/uploads/sites/6/2017/10/george-1024x576.jpg 
RAPPEL DES FAITS. Le 8 novembre 2005, George Weah, l'ancienne
star de Monaco, de Paris, de l'AC Milan et de Marseille, ne sera pas président du Liberia comme
il l'espérait. Malgré une campagne enthousiaste et des sondages favorables, le leader du Congrès
pour le changement démocratique (CDC) est battu par l'économiste Ellen Johnson-Sirleaf. Après
avoir refusé un poste de ministre des Sports, l'ancien joueur a repris le chemin... de l'école.
La DECEPTION n'aura duré qu'un temps. Après avoir envisagé des recours judiciaires contre la Commission
électorale pour « fraudes », George Weah décide finalement, fin 2005, de ne pas plonger son
pays dans de nouveaux remous. L'ancien Ballon d'or 1995 choisit de tirer les leçons de sa défaite.
En annonçant, entre les deux tours « avoir abandonné les études au lycée », il s'est sans doute
privé de précieuses voix. En toute discrétion, l'ancien attaquant du PSG décide donc de retourner
à l'école. Aux Etats-Unis, où il résidait déjà avec son épouse, il suit les cours de la Continental
Academy en Floride. Et, en octobre dernier, à 41 ans, l'ancien footballeur annonce fièrement
à ses admirateurs, réunis à Monrovia, la capitale de son pays, qu'il vient d'obtenir son diplôme
de fin d'études secondaires. « J'ai travaillé dur pour ça, sourit-il. Il y a eu des moments
d'embarras pendant les études, surtout que je devais m'asseoir dans la même classe que des enfants...
» Ce sésame lui ouvre les portes de l'université de Devry (Devry University), en Floride du
Sud. Un nouveau beau challenge pour celui qui faisait de l'éducation un pilier de sa campagne
présidentielle. Et qui rêve toujours de jouer un rôle actif dans la vie du Liberia. Car, comme
il le disait, il y a déjà deux ans : « Mon pays m'a tout donné. Je veux être un symbole de paix
pour assurer l'avenir des enfants de mon pays. »
Le Parisien