Cameroun: 4 soldats tués lors d'une attaque perpétrée en zone anglophone

Une nouvelle attaque contre des soldats de l'armée a été perpétrée dans la zone anglophone du Cameroun. Quatre d'entre eux ont été tués, dans la nuit du mardi 28 au mercredi 29 novembre dans cette région du sud-ouest du pays. Cette attaque est attribuée par les autorités aux séparatistes anglophones.

L'attaque a visé l'un des postes avancés de l'armée camerounaise dans la région du sud-ouest, situé entre la petite ville de Mamfé et la frontière avec le Nigeria. Selon des sources contactées dans le secteur, ce groupe armé a attaqué le poste entre minuit et 2 heures du matin (heure locale). Ils ont tué les quatre soldats qui étaient sur place avant d'emporter leurs armes, dont une mitrailleuse à gaz et des fusils d'assaut.
Les assaillants se seraient ensuite dirigés vers la frontière nigériane, à quelque 80 km de là. Aucun responsable camerounais n'était joignable jusqu'à la mi-journée, mais une source gouvernementale a confirmé cette information à l'AFP en attribuant l'attaque aux séparatistes anglophones, qu'elle qualifie de « terroristes ». Ce nouvel incident porte à huit le nombre de militaires camerounais tués en zone anglophone en moins d'un mois. Des attaques qui n'avaient visé jusqu'ici que des soldats isolés.
Un nouveau palier semble donc avoir été franchi cette fois, autant par le nombre de soldats tués que par le mode opératoire. La tension ne cesse de monter depuis octobre 2016 dans une zone anglophone qui se sent marginalisée. Des observateurs et analystes expriment de plus en plus leurs craintes de voir la crise tourner à l'insurrection armée, mais le pouvoir camerounais a toujours assuré avoir les choses bien en main.
Par RFI