Feux d’artifice et festivités: Pyongyang célèbre la «naissance d’une puissance nucléaire»

Des festivités à Pyongyang suite au tir réussi d'un missile intercontinental
Militaires et habitants de Pyongyang sont descendus samedi dans la rue pour fêter le nouveau tir
réussi d’un missile balistique intercontinental et la naissance de la «nouvelle puissance nucléaire» annoncée fin novembre par le gouvernement nord-coréen.
Des festivités consacrées au succès du récent tir de missile balistique intercontinental Hwasong-15, «capable d’atteindre n’importe quel point du territoire continental américain» selon les officiels nord-coréens, se sont déroulées samedi dans la capitale nord-coréenne.
Ces célébrations surviennent après la déclaration faite mercredi par les autorités du pays et selon laquelle la Corée du Nord a «enfin accompli la mission historique de la mise en place des forces nucléaires du pays et de la création d’une puissance nucléaire».
«Le tir d'essai réussi du nouveau missile balistique intercontinental Hwasong-15 a plongé tous les militaires et civils de la République populaire démocratique de Corée dans la joie et l'excitation», a annoncé l'agence de presse centrale coréenne KCNA.
De nombreux habitants de Pyongyang ont dansé sur les airs des chansons «Notre dirigeant aimé par le peuple», consacrée à Kim Jong-un, et «Le Pays appartenant au peuple».
La Corée du Nord a mené son nouveau test de missile le 28 novembre dernier. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a assisté en personne à cet essai. Un missile Hwasong-15 a décollé de l'ouest de la péninsule en direction de l'est pour finir sa course en mer dans la zone économique exclusive du Japon, à 250 km de la préfecture d'Aomori (extrême nord de l'île de Honshū, la principale île du Japon). Le vol a duré près de 54 minutes. Le missile a atteint une altitude de 4.475 km et a parcouru une distance de 950 km.

Selon des experts, la portée réelle du missile s’élevait à 10.500-13.000 km, ce qui signifie que ce système permet d'atteindre Washington et les autres régions du territoire continental des États-Unis. D’ailleurs, d’autres spécialistes affirment que le missile portant une charge utile réelle, plus lourde qu’une ogive d’entraînement, sera capable d’atteindre uniquement la côte ouest des États-Unis. Pyongyang a ensuite réaffirmé qu’il avait créé ses armes nucléaires et balistiques à des fins de dissuasion.
«La Corée du Nord développe et perfectionne ses armes stratégiques pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale contre la menace nucléaire américaine et la politique de chantage menée par les États-Unis, ainsi que pour garantir une vie paisible du peuple. Ces armes ne constituent de menace pour aucun pays ou région tant que les intérêts nord-coréens ne sont pas lésés», est-il indiqué dans un communiqué de presse officiel publié par le journal Rodong Sinmun.

Ces derniers mois, la tension monte entre la Corée du Nord et les États-Unis et leurs alliés. Pyongyang continue de développer son programme balistique et nucléaire malgré les critiques et les sanctions de la communauté internationale. Pyongyang et Washington ne cessent d’échanger des menaces. En novembre, le Président américain Donald Trump a porté la Corée du Nord sur la liste des pays soutenant le terrorisme, ouvrant la voie à l’adoption de nouvelles sanctions. La Russie et la Chine ont proposé une feuille de route de règlement de la crise qui s’est nouée autour de la Corée du Nord, qui implique le rejet de toute action alimentant les tensions. Ce plan appelle notamment la Corée du Nord à suspendre ses essais nucléaires et balistiques et les États-Unis à renoncer aux exercices militaires dans la région. Washington a rejeté cette proposition. Un groupe de députés russes, qui s'est rendu à Pyongyang fin novembre, a annoncé que la Corée du Nord était prête à engager des pourparlers à condition que Moscou joue un rôle de médiateur.
Source:fr.sputniknews.com