Nigeria: L'un des plus grand Avocat du Nigeria, L'avocat de Lagos, Femi Falana (SAN), a demandé au président Muhammadu Buhari d'ordonner la libération immédiate des combattants de la liberté Camerounais détenus.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et gros plan 
Pourquoi Buhari doit libérer les combattants de la liberté camerounais détenus - Falana

L'avocat de Lagos, Femi Falana (SAN), a demandé au président Muhammadu Buhari d'ordonner la libération immédiate des combattants de la liberté camerounais détenus.
Il a également mis en garde le gouvernement fédéral contre la libération des combattants de la liberté au président camerounais, Paul Biya.
Il a déclaré dans une déclaration publiée à Lagos hier que c'était parce que le Nigeria n'avait pas de traité d'extradition avec le Cameroun.
Une équipe d'agents armés du Service de sécurité de l'Etat (SSS) avait envahi samedi l'hôtel Nera à Abuja et arrêté sept dirigeants de la région du sud du Cameroun en train de militer pour l'Etat indépendant d'Ambazonia.
Les combattants de la liberté arrêtés sont: M. Sikiku Tabe, le chef du groupe. D'autres sont le professeur Che Awasum, M. Nalowa Bih, avocat, ainsi que le docteur Fidelis Che, le docteur Nfor Ngala Nfor, le docteur Henri Kumeng et le docteur Cornelius Kwanga. Ils ont depuis été détenus au secret dans un lieu tenu secret par le SSS.
Les détenus se sont vu refuser l'accès à leurs avocats, médecins et membres de leur famille en violation des dispositions des Normes minimales des Nations Unies pour le traitement des détenus.
Réagissant au développement, Falana a soutenu que le Procureur général de la Fédération n'a pas non plus le pouvoir d'engager des procédures d'extradition en vertu de la Loi sur l'extradition (E25) des lois de la Fédération du Nigéria de 2004 pour l'extradition des combattants de la liberté camerounais détenus.
Bien que le gouvernement fédéral sous la pression du président Biya de remettre les détenus aux forces de sécurité au Cameroun, la savante soie a souligné que les détenus ont le droit de résider ou de visiter le Nigeria sans aucune molestation.
"Dans cette mesure, le gouvernement fédéral n'a aucun pouvoir pour les remettre au président Paul Biya. Les combattants de la liberté camerounais détenus méritent d'être libérés sans condition de la détention illégale immédiatement. "Au lieu d'utiliser le SSS pour combattre la guerre par procuration du président Paul Biya, le gouvernement fédéral devrait charger le SSS et les autres forces de sécurité de collaborer avec la police nigériane pour éliminer les éléments criminels qui ont déchaîné les populations de l'Etat de Benue" , il a dit.
Falana a soutenu que puisque les Camerounais sont entrés légalement au Nigéria, leur arrestation et leur détention par le gouvernement fédéral ne peuvent être justifiées par la loi.
"En tant qu'Africains, les détenus ont droit aux droits de l'homme à la liberté personnelle, à la liberté d'association et à la liberté d'expression garantis par la Constitution nigériane. De plus, leur droit incontestable et inaliénable à l'autodétermination est protégé par l'article 20 de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples qui a été ratifié par le Nigéria et le Cameroun.
"N'ayant pas réussi à écraser les idées qui ont récemment conduit à la revendication de l'Etat du Biafra par les membres des Peuples Indigènes du Biafra (IPOB), le gouvernement fédéral ne doit pas tenter de provoquer les populations marginalisées du Sud Cameroun en frustrant leur légitime demande pour un état indépendant d'Ambazonia.
"Puisque le gouvernement fédéral n'a pas réussi à vaincre complètement la secte redoutée de Boko Haram, il ne devrait pas déclarer la guerre au peuple du Sud Cameroun et exposer davantage les déplacés de Bakassi à des attaques de représailles", a-t-il conseillé.
 
Why Buhari must release detained Cameroonian freedom fighters – Falana
Lagos lawyer, Femi Falana (SAN) has asked President Muhammadu Buhari to order the immediate release of the detained Cameroonian freedom fighters.
He also cautioned the federal government against releasing the freedom fighters to Cameroonian President, Paul Biya.
He said in a statement issued in Lagos yesterday that this was because Nigeria has no extradition treaty with Cameroon.
A team of armed officials of the State Security Service (SSS) had on Saturday, invaded Nera Hotel in Abuja and arrested seven leaders of the Southern region of Cameroon agitating for the independent state of Ambazonia.
The arrested freedom fighters are: Mr. Sikiku Tabe, the leader of the group. Others are Professor Che Awasum, Mr. Nalowa Bih, a lawyer as well as Dr. Fidelis Che, Dr. Nfor Ngala Nfor, Dr. Henri Kumeng and Dr. Cornelius Kwanga. They have since been held incommunicado at an undisclosed place by the SSS.
The detainees have been denied access to their lawyers, doctors and family members contrary to the provisions of the United Nations Minimum Standards for the Treatment of Prisoners.
Reacting to the development, Falana contended that the Attorney-General of the Federation also lacks the vires to initiate extradition proceedings under the Extradition Act (E25) Laws of the Federation of Nigeria 2004 for the extradition of the detained Cameroonian freedom fighters.
Although the federal government is under pressure from President Biya to hand over the detainees to the security forces in Cameroon, the learned silk pointed out that the detainees are entitled to reside or visit Nigeria without any molestation .
“To that extent, the federal government has no power whatsoever to hand them over to President Paul Biya. The detained Cameroonian freedom fighters deserve to be released unconditionally from the unlawful custody forthwith. “Instead of using the SSS to fight the proxy war of President Paul Biya the federal government should direct the SSS and other security forces to collaborate with the Nigeria Police Force to fish out the criminal elements that have unleashed mayhem on the people of Benue State”, he said.
Falana argued that since the Cameroonians entered Nigeria legitimately their arrest and detention by the federal government cannot be justified under the law.
“As Africans the detainees are entitled to the human rights to personal liberty, freedom of association and freedom of expression guaranteed by the Nigerian Constitution. Furthermore, their unquestionable and inalienable right to self determination is protected by Article 20 of the African Charter on Human and Peoples Rights which has been ratified by both Nigeria and Cameroon.
“Having failed to crush the ideas which recently led to the demand for the State of Biafra by the members of the Indigenous Peoples of Biafra the (IPOB), the federal government should not attempt to provoke the marginalized people of Southern Cameroon by frustrating their legitimate demand for an independent state of Ambazonia.
“Since the federal government has not succeeded in completely defeating the dreaded Boko Haram sect it should not declare war on the people of Southern Cameroon and thereby further expose the displaced people of Bakassi to reprisal attacks”, he advised.
 Par Samuel Ndjeh
Montage de Business Plan