Rohani demande à Macron d'agir contre «les terroristes» iraniens basés en France

Hassan Rohani
Suite à la vague de protestations qui secoue son pays ces derniers jours, Hassan Rohani a appelé
Emmanuel Macron à mettre fin aux activités d'un «groupe terroriste» iranien qui depuis la France encourage la violence en Iran.

Le Président iranien Hassan Rohani a demandé mardi au chef d'État français Emmanuel Macron de prendre des mesures contre des «terroristes» iraniens basés en France et impliqués selon lui dans les récentes manifestations en Iran, annonce l'AFP se référant à la télévision publique.
«Nous critiquons le fait qu'un groupe terroriste ait une base en France et agisse contre le peuple iranien et encourage la violence. Nous attendons du gouvernement français qu'il agisse contre ce groupuscule terroriste», a déclaré le Président iranien lors d'une conversation téléphonique, faisant clairement allusion, selon l'agence,  à l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (OMPI).
Les autorités iraniennes accusent les moudjahiddines du peuple, qualifiés par le pouvoir iranien d'hypocrites (monafeghines), d'alimenter les violences et d'être liés à l'Arabie saoudite, rivale régionale de l'Iran.

Le général Rassoul Sanaïrad, l'adjoint politique du chef du corps des Gardiens de la révolution islamique, a affirmé mardi que l'OMPI «avait été chargée par les Al Saoud [la dynastie régnante en Arabie saoudite, ndlr] et certains pays européens de créer de l'insécurité», selon l'agence Tasnim.
Existant depuis 1965, avec pour objectif de renverser le régime du chah, puis le régime islamique, les Moudjahidine s'étaient installés dans le camp d'Achraf, au nord de Bagdad, pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), avec le soutien du régime de Saddam Hussein pour mener des actions armées contre l'Iran.
Ils ont été désarmés après l'intervention américaine en 2003, et le gouvernement irakien, à majorité chiite, qui s'est rapproché de Téhéran, cherche depuis à se débarrasser de leur présence, jugée encombrante.

Plusieurs villes iraniennes ont connu, au cours de ces derniers jours, des mouvements de protestation. Certains meetings ont dégénéré, précisent les médias locaux, soulignant que 20 personnes ont trouvé la mort dans le pays, dont au moins un représentant des forces de l'ordre. De plus, près de 450 personnes ont été arrêtées à Téhéran, selon la police locale.
Commentant dimanche la situation dans le pays, le Président Hassan Rohani avait souligné que manifester était un droit constitutionnel du peuple, mais a mis en garde contre les violences. Lundi, il a en outre indiqué que les manifestations étaient aussi bien provoquées de l'extérieur que par des problèmes internes.
Source: fr.sputniknews.com