Crise anglophone:le gouverneur de la région du Sud-Ouest du Cameroun, Bernard Okalia Bilai, a quitté sa résidence officielle de Buea par crainte pour sa vie

L’image contient peut-être : ciel, plein air et nature
Cameroon Intelligence Report a été informé de manière fiable que le gouverneur de la région du Sud-
Ouest du Cameroun, Bernard Okalia Bilai, a quitté sa résidence officielle de Buea par crainte pour sa vie. Le gouverneur et sa famille ont établi leur résidence temporaire à Douala, d'où il se rend aujourd'hui à Buéa pour travailler. L'homme qui s'est illustré pour avoir appelé les anglophones des chiens et des terroristes a eu une étrange visite à sa résidence officielle à Buea avant de déménager pour sa sécurité.
Nous avons recueilli que les «Odeshi Boys» (les garçons possesseur de l'Odeshi) ont pris d'assaut sa résidence le mois dernier et lui ont conseillé de partir ou de faire face à la mort dans les sept jours. Le macho machiavélique a plaidé pour sa vie et s'est conformé sans vergogne à l'ordre. Le gouverneur malade, qui a récemment subi un accident vasculaire cérébral, a quitté son domicile officiel, qui est actuellement occupé par son personnel de cuisine, les gardes de sécurité et les nettoyeurs.
C'est un grand revers pour le gouvernement de la République, car il est considéré comme un personnage colossal qui a le pouvoir de répandre la peur et la terreur sur les gens de sa région. Alors que la résistance dans les régions anglophones du Cameroun continue de prendre de l'ampleur, sa santé fragile et sa peur soudaine pour sa vie sont une grave préoccupation pour Yaoundé. Certains membres de son personnel disent avoir remarqué un changement considérable dans la physionomie du gouverneur. «Le voyou qui nous a fait subir une peur et des insultes considérables quand il était au bureau est soudainement très agréable», a déclaré un travailleur qui a choisi l'anonymat.
Nous devons indiquer qu'il a été à l'origine de la décision de couper les services d'Internet dans les régions anglophones du Cameroun. Son arrogance et son obstination l'ont incité à se moquer publiquement des anglophones. Souffrant d'un accident vasculaire cérébral, la pression sans cesse croissante des Ambazoniens forts d'esprit et la rencontre du mois dernier pourrait bien s'avérer être une pilule trop vicieuse pour que ce tyran puisse l'avaler.
Sama Ernest à Buea, Février 2018
Source:Cameroon Intelligence Report
-------------------------------------------------
Southern Cameroons Crisis: South West Governor suffers a stroke
Cameroon Intelligence Report has been reliably informed that the governor of the South West Region of Cameroon, Bernard Okalia Bilai, has moved out of his official government residence in Buea for fear of his life. The governor and his family have taken up temporal residence in Douala where he now commutes to Buea for work. The man who went on record for calling Anglophones dogs and terrorists had a strange manifestation at his official residence in Buea before he moved out for his safety.
We gathered that the “Odeshi Boys” stormed his residence last month and cautioned him to leave or face death within seven days. The loudmouth self-made macho pleaded for his life and spinelessly complied. The ailing governor who recently suffered a stroke has left his official abode which is currently being occupied by his kitchen staffs, security guards and cleaners.
It’s a massive setback for the government of La Republique as he is regarded within as a colossal figure who has the clout to impart fear and terror on the people in his region. As the resistance in the Anglophone regions of Cameroon continue to gain momentum and direction, his poor health and sudden fear for his life is a grave concern to Yaoundé. Some of his staff say they have noticed a considerable change in the governor’s countenance. “The thug who drilled considerable fear and verbal abuse into us when he was around the office has been suddenly very pleasant” said a worker who elected anonymity.
We must put on record that he was behind the decision to sever internet services in the Anglophone regions in Cameroon. His arrogance and obstinacy has seen him engage in unapologetic public name-calling of Anglophones. Suffering from a stroke, the ever increasing pressure from strong-minded Ambazonians and the encounter last month might just be proving too vicious a pill for this tyrant to swallow.
Sama Ernest in Buea
Source: Cameroon Intelligence Report


Formation