La Beac a révisé le dispositif des réserves obligatoires des banques de la Cemac

La Beac a révisé le dispositif des réserves obligatoires des banques de la Cemac  
A l’issue d’une réunion du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de
l’Afrique centrale (Beac), le gouverneur Abbas Mahamat Tolli a annoncé, le 21 mars à Yaoundé dans la capitale camerounaise, qu’il a été décidé de « réviser le dispositif des réserves obligatoires » des 52 banques de la zone Cemac.
Concrètement, a expliqué Abbas Mahamat Tolli, « on a revu le mode calcul des réserves obligatoires des avoirs des banques à la Banque centrale ». Par le passé, a-t-il relevé, c’était assez rigide. « Avec le nouveau mode de calcul, plutôt que de sanctuariser de façon permanente les montants, les banques en fonction de leurs dépôts, ont une flexibilité au niveau de la gestion de leur trésorerie. C’est un allégement qui permet aux banques d'avoir des marges dans la gestion de leur trésorerie. », a indiqué le gouverneur. 
M. Mahamat Tolli a expliqué que, de par la loi, les banques de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, RCA, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad), sont obligées d’avoir un niveau de réserves de dépôts régulièrement rémunérées à la Beac. Ceci pour prévenir des risques.
Sylvain Andzongo
Investir au Cameroun