Saïf al-Islam Kadhafi pourra-t-il sortir la Libye de l’ornière?

Saïf al-Islam Kadhafi
Après des années de ruine, de violence et de marasme, la Libye pourrait-elle entrevoir le bout du
tunnel avec le retour de l’un des fils de Kadhafi au pouvoir ? Un retour sur le devant de la scène libyenne qui symboliserait en tout cas l’échec de la stratégie du chaos menée par l’Occident dans ce pays et ailleurs. Essayons d’y voir plus clair.
Une chose est certaine. Après l'intervention dans la tradition purement néocoloniale de l'Otan contre la Jamahiriya de Kadhafi — qui fut un temps l'un des pays les plus prospères d'Afrique — la désillusion des Libyens, y compris de ceux qui auraient pensé que la chute du colonel Kadhafi serait bénéfique, est totale. Terrorisme, insécurité, crise économique, instabilité, racisme et la liste est bien loin d'être exhaustive — telles sont les résultats de la énième intervention occidentale contre un pays souverain.

La désillusion est d'ailleurs telle qu'aujourd'hui les mêmes Libyens, qui pouvaient sous Kadhafi accueillir un large nombre de migrants, issus aussi bien de pays africains qu'au-delà, se retrouvent eux-mêmes obligés de fuir leur pays par manque de sécurité, mais aussi d'opportunités — à moins d'appartenir à un groupe armé salafiste. Telle est la bien triste réalité de la « nouvelle » Libye, ou du moins de ce qu'il en reste. Et alors que l'ex-Président français Nicolas Sarkozy vient d'être mis en examen dans le cadre d'une enquête sur le financement de sa campagne par des fonds libyens, Saïf al-Islam, second fils de Mouammar Kadhafi et survivant du massacre de sa famille, a annoncé par le biais de l'un de ses représentants basé à Tunis, son intention de présenter sa candidature à la présidentielle libyenne, prévue cette année. En outre, il n'a pas manqué de rappeler qu'il possède toujours des preuves « solides » contre Sarkozy et qu'il est prêt, de même qu'Abdallah Senoussi et Bachir Salah — respectivement ex-directeur des services de renseignements libyens et ex PDG de la Libya Investment (fonds souverain de Libye), à les diffuser.
L'avenir de Sarkozy m'intéressant peu, surtout qu'il est bien peu probable de le voir être jugé par une justice internationale digne de ce nom, à l'instar d'autres « leaders » occidentaux, il est donc plus intéressant de se focaliser sur l'éventuel avenir politique de Saïf al-Islam dans son pays. Ses chances d'un retour réussi dans la politique libyenne sont tout à fait réalistes, alors qu'il jouit d'une popularité réelle au sein d'une large partie de la population, surtout au regard des défis auxquels doit faire face le pays depuis l'intervention otanesque. Néanmoins, son éventuel retour sur la scène libyenne ne résout pas la question de fond: une Libye unie est-elle encore envisageable?

En effet, depuis la destruction de la Jamahiriya par les Occidentaux et leurs alliés salafistes locaux, ce pays a suivi la voie d'une somalisation et d'une division évidentes. Une chose qui ne serait évidemment jamais arrivée si les élites occidentales n'avaient pas décidé en mars 2011 d'anéantir la souveraineté et la prospérité de cette nation pour pouvoir ensuite piller impunément des ressources naturelles ne leur appartenant pas (un cas d'école). L'occasion de se débarrasser par la même occasion d'un leader panafricain, dont les projets, à bien des niveaux révolutionnaires aussi bien pour la Libye que pour toute l'Afrique, ne rentraient aucunement dans la vision des concepteurs de l'unipolarité (cas d'école aussi). Le chemin sera long. Mais rien n'est impossible. Une chose est pour autant sûre: pour retrouver un minimum de stabilité et vaincre le terrorisme qui se développe telle une gangrène en terre libyenne, la Libye aura besoin d'assistance. Mais certainement pas celle de l'Occident, surtout que ce dernier sait tellement bien détruire, mais tellement moins bien réparer les dégâts créés.
D'ailleurs, au-delà de la triste réalité libyenne, relevons que la stratégie adoptée par l'establishment atlantiste, pensant pouvoir sauver son concept du monde unipolaire par ses instruments traditionnels de pression — interventions militaires, violations des souverainetés, sanctions économiques, campagnes diffamatoires médiatiques,… tombe de plus en plus clairement à l'eau.

Même la puissance médiatico-financière de cet establishment n'est aujourd'hui tout simplement plus en mesure de donner des justifications convaincantes à ces pratiques néocolonialistes. Lorsque l'on observe l'émergence de grandes puissances alternatives, dont la vision des relations internationales diffère radicalement de celle des atlantistes, et la volonté évidente d'un grand nombre de peuples à changer une bonne fois pour toute la donne, la chute des anciens maitres planétaires apparaît d'autant plus inévitable et brutale que le processus est déjà enclenché. Rien ne sera plus comme avant. C'est un fait. Et dans le cas concret de Saïf al-Islam Kadhafi, il ne reste qu'à lui souhaiter bonne chance pour la suite. Mais aussi et surtout de ne plus faire confiance à ceux, qui ont détruit son pays, massacré des milliers de ses concitoyens, tué son père et plusieurs membres de sa famille. Après tout, l'erreur est humaine, mais l'essentiel est d'en tirer des leçons pour entreprendre les actions nécessaires à mettre fin, à terme, au chaos.
Et de porter un coup final à ceux qui l'ont amplement mérité.
Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.
Source: fr.sputniknews.com