« C’est un menteur » : l’aide-soignante qui a refusé de serrer la main de Macron s’explique

Valérie Foissey s'est expliquée ce vendredi matin sur RMC / BFMTV
Valérie Foissey, aide-soignante au CHU de Rouen, a refusé de serrer la main du président de la
République jeudi lors de sa visite d’annonce pour le plan autisme du gouvernement. Évoquant les conditions de travail très difficiles en milieu hospitalier, la jeune femme a eu un échange tendu avec Emmanuel Macron. Ce vendredi matin, celle qui a été candidate Lutte ouvrière aux élections législatives s’est expliquée au micro de Jean-Jacques Bourdin.
« Je serre la main à qui je veux » se défend Valérie Foissey, qui a refusé de saluer jeudi Emmanuel Macron en visite au CHU de Rouen où l’aide-soignante travaille. « On s’est sentis un peu humiliés. Il arrive et comme par hasard, on trouve beaucoup de monde [au CHU]. Au quotidien, on galère dans notre service. Il nous culpabilise sur l’avenir de nos enfants qui vont payer la dette mais s’il n’y a pas d’argent, pourquoi fait-il autant de cadeaux aux riches ? » a expliqué Valérie Foissey au micro de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin.
« Je refuse de serrer la main à l’un des responsables de cette situation. […] » Lorsque Jean-Jacques Bourdin la questionne sur les annonces d’Emmanuel Macron concernant le milieu hospitalier et l’autisme, Valérie Foissey déclare : « Je ne suis pas au courant de tout ça,. Quand bien même il nous ferait des annonces… Quel moyen a-t-on de vérifier qu’au quotidien l’argent va bien arriver pour cette cause, pour la santé ou pour le reste ? Il faut le croire sur parole et pour moi ce sont des menteurs. Et ils ne sont pas à un mensonge prêt. »
L’intervention de Valérie Foissey n’a pas manqué de faire réagir, notamment sur les réseaux sociaux. Alors que certains approuvent l’attitude de l’aide-soignante, d’autres internautes ont tenu à rappeler son passé politique. En effet, comme Ouest-France a pu le vérifier, Valérie Foissey s’est présentée au moins deux fois aux élections législatives en Seine-Maritime sous l’étiquette Lutte ouvrière.