Corée du Nord : l'épouse de Kim Jong-un prend du galon

figarofr: À la différence de son père, Kim Jong-un apparaît régulièrement accompagné par son épouse Ri Sol-ju.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a décerné à Ri Sol-ju le titre de «première dame» avant
les deux sommets successifs avec la Corée du Sud et les États-Unis.
C'est la première fois en 40 ans que cette formule est utilisée en Corée du Nord. Kim Jong-un vient de décerner à son épouse, Ri Sol-ju, le titre de «première dame». Le terme a été repris par les médias officiels à l'occasion d'une première apparition publique de Ri Sol-ju, qui assistait au ballet d'une troupe chinoise. La présentatrice star de Corée du Nord, Ri Chun-hee, à qui revient souvent l'honneur d'annoncer les grandes nouvelles, a mentionné l'événement à la télévision, renforçant encore son rang. Ri était accompagnée des hauts responsables nord-coréens que l'on voit souvent aux côtés de Kim Jong-un, dont sa sœur cadette Yo-jong. L'appellation «première dame» avait été réservée pour la dernière fois à Kim Song-ae, la seconde épouse du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-sung, en 1974.
Ri Sol-ju, considérée comme une femme d'influence, jouait jusqu'ici le rôle limité de l'épouse chic du leader d'une Corée du Nord profondément patriarcale. Les médias officiels la qualifiaient de «camarade». Cette prise de galon pourrait participer des efforts du pays pour ressembler à un «État normal» avant les sommets avec le président sud-coréen, Moon Jae-in, et son homologue américain, Donald Trump. «La promotion de Ri Sol-ju, c'est la stratégie marketing la plus efficace», commente An Chan-il, transfuge nord-coréen et chercheur à l'Institut mondial des études nord-coréennes. Il relève que celle-ci accompagnait déjà son époux à Pékin le mois dernier pour sa première visite à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin 2011.

Une mystérieuse épouse

Le mystère autour de Ri est soigneusement entretenu par le régime nord-coréen. Dans ses quelques apparitions publiques, la jeune femme fait montre d'un certain goût pour la mode et porte des vêtements de luxe. Cette ancienne chanteuse aurait 29 ans. D'après le renseignement sud-coréen, elle serait issue d'une famille ordinaire, d'un père enseignant et d'une mère médecin. Ancienne membre de l'orchestre Unhasu, elle aurait poursuivi, d'après la presse, des études musicales en Chine. Elle était de l'escouade de pom-pom girls dépêchée au Sud en 2005 pour une compétition sportive internationale. Ri Sol-ju se serait mariée avec Kim Jong-un en 2009. Elle aurait donné naissance à leur premier enfant l'année suivante, deux autres naissances auraient suivi en 2013 puis 2017.
À la différence de son père, Kim Jong-un est régulièrement accompagné par son épouse ou sa sœur. Il a dépêché cette dernière aux Jeux olympiques organisés cet hiver au Sud. Son mariage semble aussi différent. Lors d'une rencontre avec une délégation sud-coréenne à Pyongyang, Ri a parlé de «son mari» ou a encore gloussé quand un Sud-Coréen a suggéré qu'il arrêtait de fumer, selon le quotidien japonais Asahi Shimbun. La mère de Kim Jong-un, Ko Yong-hui, était, elle, reléguée en coulisses pendant les 28 ans de son mariage avec Kim Jong-il. «Je crois que le traumatisme de Kim, d'avoir vu sa mère vivre dans l'ombre, est un facteur», juge Shin Beom-chul, analyste à l'Institut Asan pour les études politiques. Morte en 2008, elle n'a eu le droit à une tombe qu'après l'arrivée de son fils au pouvoir.
Avec AFP