Le Malien Oussouby Sacko, premier étranger doyen d'université au Japon

Oussouby Sacko, un Africain doyen d'université au Japon
Oussouby Sacko, qui a été nommé doyen de l'Université Kyoto Seika au Japon au début du mois, a
partagé son expérience avec la BBC.
Il est l'un des rares rares ressortissants étrangers à atteindre un poste élevé au Japon.
Il dit que le Japon et son Mali natal partagent une culture de respect pour les aînés, mais que le Japon, avec ses faibles chiffres d'immigration, est une société relativement fermée aux étrangers.
Le professeur d'architecture contraste son expérience de vie en Chine dans les années 1980 avec son séjour au Japon.
"Quand je vivais en Chine dans les années 80, les gens vous touchaient pour voir si vous étiez vraiment sombre ou si c'était de la peinture. Mais au Japon cela n'arrivera jamais - ils sont curieux mais ne veulent pas vous offenser."
"D'après mon expérience, si vous devenez de bons amis avec les Japonais, ils commenceront à vous toucher les cheveux et à vous demander "pourquoi votre peau est-elle si sombre? J'essaie d'être proche d'eux et d'expliquer d'où je viens. Ils ont une vision superficielle de l'Afrique parce qu'ils n'ont pas d'informations. Ils pense que la vie est dure, que vous avez beaucoup d'animaux."
Le Malien est un universitaire très respecté au Japon 
Copyright de l’image University of Kyoto Seika 
Le Malien est un universitaire très respecté au Japon
Le professeur aime injecter des éléments de sa propre culture dans la vie universitaire, s'adressant même aux étudiants en Bamanankan lors d'une cérémonie d'accueil ce mois-ci.
Il dit que la plus grande différence entre les cultures ouest-africaines et japonaises est dans la communication non-verbale.
"Au Japon, les gens s'attendent à ce que les autres réagissent immédiatement, c'est un grand code de communication pour eux."
Le taux de natalité au Japon a atteint un creux record et plus de 20% de la population à plus de 65 ans.

On a beaucoup parlé du besoin du Japon d'élargir l'immigration pour atténuer cette bombe à retardement démographique.
Professeur Sacko estime que ce sera un grand défi.
"C'est très délicat pour eux même de parler. Pour moi, il est très important qu'ils commencent à accepter les Japonais et les étrangers qui peuvent leur donner de nouvelles idées sur la façon dont leur société peut se développer. Ils n'ont pas à voir tous les étrangers comme identiques, ils devraient commencer à penser que «ces gens peuvent faire partie de nous."
BBC Afrique

Investir au Cameroun dans l'Agriculture