Sur une période de 10 ans (2005-2015), l’accès des populations à l’électricité au Cameroun a crû de seulement 7,7%, selon la BAD

Sur une période de 10 ans (2005-2015), l’accès des populations à l’électricité au Cameroun a crû de seulement 7,7%, selon la BAD
Au cours de la décennie 2005-2015, le taux d’accès des populations camerounaises au service public de
l’électricité est passé de 46 à 53,7%, en progression de 7,7% seulement, révèle la Banque africaine de développement (BAD) dans son dernier rapport pays sur le Cameroun.
Cette statistique s’explique par le ralentissement des investissements dans le secteur de l’électricité jusqu’en 2012, période d’ailleurs caractérisée par les désagréments vécus par la population camerounaise connectée au réseau électrique, du fait des délestages récurrents.
Mais, à partir de l’année 2012, le pays s’est engagé dans un vaste programme de construction des infrastructures, qui a permis le démarrage effectif d’au moins trois projets de construction de barrages et autres centrales hydroélectriques dans le pays.
A en croire les prévisions de la BAD, également contenues dans le rapport sus-mentionné, ces infrastructures énergétiques nouvelles permettront, au cours de l’année 2018, d’améliorer l’accès à l’électricité pour 2,7 millions de personnes.
Dans l'intervalle, Actis, le fonds d’investissements britannique qui contrôle les actifs d’Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité, revendique, depuis son arrivée dans le secteur de l’électricité au Cameroun (en 2014), la connexion au réseau électrique national de plus de 2 millions de nouveaux consommateurs.
BRM
Investir au Cameroun