"Trêve politique" conclue en préparation du rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi en RDC

Une "trêve politique" a été annoncée samedi à Kinshasa lors de la signature d’un accord en vue du
rapatriement de la dépouille mortelle du feu leader de l’opposition congolaise Etienne Tshisekedi, entre sa famille, l’Union pour la démocratie et le progrès social UDPS), son parti, et le gouvernement.
"Les parties invitent toutes les forces vives ainsi que toutes les couches sociales politiques de la population congolaise à observer, conformément à nos coutumes en pareilles circonstances, une trêve politique. A cet effet, tous éviteront toute récupération politique par les propos, gestes et actes de nature à perturber l’organisation harmonieuse de ces funérailles", a déclaré Mgr Gerard Mulumba, frère du défunt Etienne Tshisekedi, signataire pour le compte de la famille, lisant le texte de l'accord.
Sans vouloir commenter sur la trêve, Jean-Marc Kabund, secrétaire général démissionnaire du parti, a affirmé qu’il ne fallait "pas encore crier victoire mais attendre la concrétisation du rapatriement de la dépouille".
La trêve est annoncée au moment où Félix Tshisekedi, fils du défunt, a programmé son tout premier rassemblement populaire après son élection comme président de l’UDPS en remplacement de son père, le 24 avril prochain.
"La manifestation du 24 avril est maintenue, d'autant plus qu'elle ne sera pas organisée dans le but de déstabiliser le régime. La critique d'un bilan et la présentation du projet de société du parti n'est pas contre la trêve. Démocratie oblige", a pour sa part précisé Félix Tshisekedi, contacté par VOA Afrique.
Pour beaucoup, la première sortie de Félix Tshisekedi sera un test de popularité. Mais les autorités municipales n’autorisent le meeting que s'il se tient dans un endroit fermé.

Félix Tshisekedi a, en même temps que son élection à la tête de son parti, été désigné comme candidat de l’UDPS à la présidentielle devant se tenir le 23 décembre dans le pays.
Avant l’élection à l’UDPS, une série d’appels à des manifestations lancés par le parti n’avait été pas été suivie depuis le début de l’année. A l'opposé, des foules sont sorties aux appels de l’Eglise catholique.
L’accord entre la famille de Tshisekedi, l’UDPS et le gouvernement ne fixe aucune date pour le retour du corps du défunt.
Selon le texte, les parties ont convenu que la dépouille sera enterrée dans une parcelle familiale dans le faubourg de Kinshasa.

Des funérailles officielles seront organisées au siège du parlement. Et, un avion sera mis à la disposition pour le rapatriement de la dépouille et des membres de la famille restés en Belgique.
La dépouille de Tshisekedi est gardée depuis sa mort le 1er février 2017 dans une morgue à Bruxelles.
Le gouvernement, la famille et le parti ne s’étaient jamais convenus sur le lieu de l’enterrement et l’organisation des funérailles.

Le Premier ministre Bruno Tshibala, issu du parti mais contesté et exclu par certains membres, avait promis à son nomination de ramener le corps de Tshisekedi et lui offrir des obsèques dignes.

Eddy Isango

VOA Afrique