CAMEROUN:QUATRE CHOSES À SAVOIR SUR LE "LIMOGEAGE" DU GÉNÉRAL MELINGUI NOUMA

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau et lunettes 
QUATRE CHOSES À SAVOIR SUR LE "LIMOGEAGE" DU GÉNÉRAL MELINGUI NOUMA

Le commandant des forces de défense déployées au Sud-Ouest et au Nord-Ouest
1) Le général Melingui a admis ceci à des médias étrangers . « Nous savons qu’ils [les sécessionnistes, Ndlr] sont entraînés par des étrangers, notamment quelques mercenaires. Et il y a aussi quelques camerounais, quelques déserteurs de notre armée qui les ont rejoints et qui forment ces gens-là« , affirmait-il dans un reportage diffusé sur la chaîne France 24. (Ceci est un peu dangereux pour le moral des soldats et l'image des militaires )
2) Le général Melingui a également admis que les militaires ont brûlé des maisons mais seulement les maisons où des armes ont été trouvées. Contrairement à ce que disait le directeur de la communication du ministère de la Défense, le colonel Badjeck avait déclaré à la presse que l'armée n'avait jamais mis le feu à une seule maison (ce qui dénonçait les mensonges sur les actions militaires).
Selon le haut gradé, l’armée brûle des maisons dans la région. «Nous ne brûlons que les maisons où on découvre des armes», a-t-il avoué à l’AFP. Une déclaration qui contredit la position du gouvernement qui, auparavant, avait rejeté les accusations des ONG de défense des droits de l’homme et des séparatistes.
3) Le général Melingui a exprimé également son mépris pour les séparatistes, en les qualifiant de «jeunes drogués armés de talismans». Il a admis que l’armée a des difficultés à en finir avec ces séparatistes. «Ce sont des jeunes des villages alentours, on les cherche mais on ne les trouve pas, nos éléments ne sont pas chez eux en forêt».
4) Il est remplacé par un colonel, plus petit que lui, il est nommé au ministère de la Défense dans un poste qui est plus ou moins un «garage», Il est remplacé par le Colonel DJOTSA David qui occupera dorénavant cette responsabilité militaire dans les régions du Nord-Ouest et le Sud-Ouest en proie à une guerre civile meurtrière sans précédent.
QUESTION : Était-il trop mou, trop paternel et trop véridique pour gérer la crise et les atrocités militaires ?
Ci-dessous, les décrets signés par Paul Biya
L’image contient peut-être : texte

Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : texte

 Aucun texte alternatif disponible.
(Néhésy Néfer)
Source: Dan Eboudou Essissima