Face à la baisse des investissements dans le BTP dans son pays, le Sud-africain Raubex se refait une santé financière au Cameroun

Face à la baisse des investissements dans le BTP dans son pays, le Sud-africain Raubex se refait une santé financière au Cameroun
Le groupe sud-africain Raubex a lancé, depuis plusieurs semaines, dans la capitale
économique camerounaise, les travaux de construction du Douala Grand Mall & Business Park, un gigantesque complexe immobilier et touristique de 80 milliards de francs Cfa, porté par la société Craft Development, qui a réussi à décrocher le partenariat du fonds d’investissements britannique Actis.
Le 25 avril 2018, toujours à Douala, cette même entreprise sud-africaine du BTP a débuté les travaux de construction de la première enseigne du groupe hôtelier français Onomo au Cameroun. Un trois Etoiles dans lequel Onomo International va investir, a-t-on appris, la bagatelle de 15,5 milliards de francs Cfa. Suivront ensuite, deux autres établissements du même type à Yaoundé, la capitale du pays, et Kribi, cité balnéaire de la région du Sud.
Avec ces deux grands projets immobilier et touristique, Raubex tente ainsi de se refaire une santé financière au Cameroun, à la suite du ralentissement des investissements publics dans le secteur du BTP en Afrique du Sud, pays dans lequel l’entreprise est le leader dans la construction des infrastructures routières.
En effet, révèle le journal nigérian Business Day, au terme de son dernier exercice clos en février 2018, le carnet de commandes de Raubex a enregistré une baisse substantielle des commandes de l’Agence nationale des routes nationales (Sanral) d’Afrique du Sud, passant de 23% à seulement 12%.
Dans le même temps, apprend-on, «L&R Civils, société acquise en juillet 2012, en prévision d'un déploiement de projets d'infrastructures hydrauliques à Gauteng, a été fermée (…) Raubex a également fermé Strata Civils, qui a généré un chiffre d'affaires de 37,2 millions de rands (1,6 milliards FCFA) et une perte nette de 17,5 millions de rands (746 millions FCFA). Les commandes de construction du gouvernement provincial ont chuté de 54% et celles des municipalités ont chuté de 11%».
Cette conjoncture sur le marché du BTP en Afrique du Sud, a amené Raubex à se repositionner sur le marché de l’immobilier, pour demeurer rentable, apprend-on. «Nous avons dû changer d'objectif, en attendant que Sanral et le gouvernement investissent davantage pour des projets. C’est la raison pour laquelle nous faisons davantage des travaux privés, y compris la construction et la vente de maisons, ainsi que la rénovation de centres commerciaux en Afrique, avec un nouveau projet passionnant au Cameroun.», a déclaré Rudolf Fourie, CEO de Raubex, au cours de la présentation des résultats annuels de l’entreprise en février dernier.
A la faveur de son repositionnement sur le marché du BTP (acquisition, début janvier 2018, de 70% des actifs de Westforce Construction group, en Australie), et surtout grâce à ses contrats au Cameroun, Raubex compte bien redresser et surtout accroître son chiffre d’affaires, qui a diminué de 5,1% au cours du dernier exercice, culminant à 8,54 milliards de rands (351 milliards FCFA).
Brice R. Mbodiam
Investir au Cameroun