Cameroun:Crise Anglophone : Près de 5 000 personnes pourraient perdre leurs emplois

Le bilan de la crise sociale qui secoue la région du Nord-Ouest et du Sud-Ouest s’alourdi. Après les
pertes en vie humaines et les dégâts matériels causés par la crise, les emplois sont désormais menacés.
Selon le site d’information cameroononline, la Cameroon Development Corporation (CDC) a déclaré que près de 5 000 travailleurs de cette société pourraient perdre leur emploi si la crise persiste
C’est à l’issu d’une réunion de crise avec les représentants du personnel et les syndicalistes que cette annonce a été faite.
« L’année 2017 n’a pas été bonne pour l’entreprise. La situation pourrait être pire dans un avenir proche si la crise persiste, en particulier dans la région du Sud-Ouest », a déclaré le directeur général de la CDC, Franklin Njie.
« Neuf champs, à savoir Boa, Illoani Mill, Illoani, Mbonge, Mukonje, Malende, Mungo, Meanja, et Tombel ne sont pas opérationnels. Il n’y a aucune garantie de ventes d’huile de palme l’année prochaine. Illoani n’a pratiquement rien produit depuis le mois d’avril. Mondoni fonctionne partiellement et la sécurité des travailleurs est une préoccupation majeure », a-t-il ajouté.
Franklin Njie a également souligné que les salaires du personnel devraient être réduits conformément à la loi, si la crise persiste.
« Bientôt, les travailleurs des différents champs en crise devraient être payés à hauteur de 50% de leurs salaires. Si la situation persiste, elle baissera à 40% en juillet, 35% en août, 30% en septembre et après six mois, ces travailleurs seront licenciés. »
Avec environ 22 000 employés, la CDC est le plus grand employeur du Cameroun après l’État. L’entreprise produit de la banane, de l’huile de palme, du caoutchouc, du thé et d’autres produits agricoles principalement dans la région du Sud-Ouest.
Crédit photo : voanews