Selon The Economist, à court terme, les pays africains vont régresser par rapport à leur adaptation aux changements technologiques

Selon The Economist, à court terme, les pays africains vont régresser par rapport à leur adaptation aux changements technologiques
Dans un rapport publié le 05 juin 2018 et intitulé « Preparing for disruption : Technological
readiness ranking », the Economist Intelligence Unit (EIU) met en évidence un classement qui prévoit que les pays africains régresseront par rapport à leur adaptation au changement technologique entre 2018 et 2022.
Le document indique que leur place entre 2013 et 2017 n’était déjà pas favorable. Plusieurs pays du continent noir figuraient parmi les dix derniers d’un classement de 82 pays. L’Afrique du Sud, le leader du continent se retrouvait à la trente huitième place, suivi de la Tunisie et du Maroc respectivement à la cinquante sixième et soixantième place.
Les indicateurs utilisés par la publication pour son évaluation et son classement, sont l’accès à internet, l’infrastructure de l’économie digitale et l’ouverture à l’innovation.
Les pays comme l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Maroc, L’Egypte et le Nigéria arrivent à se distinguer pour chacun de ces facteurs pris séparément. Toutefois, leurs notes globales ne suffisent pas à les hisser au top des Nations.
L’analyse de Economist Intelligent Unit arrive dans un contexte où la digitalisation rapide de l’Afrique pour son développement est au centre des débats. Elle constitue un aperçu de la situation des pays de la zone, face au changement technologique, et peut permettre aux décideurs de la région de prendre des mesures appropriées pour améliorer leurs rangs dans un avenir proche.
Abdel Razak MOULIOM
Agence Ecofin