Un nouveau premier ministre pour Madagascar

Madagascar
Le chef du gouvernement malgache Olivier Mahafaly Solonandrasana a quitté lundi ses fonctions sur
ordre de la justice.
Le président malgache a aussitôt nommé lundi Christian Ntsay au poste de premier ministre.
Il s'agit d'un haut fonctionnaire travaillant actuellement pour les Nations Unies.
"J'ai nommé Christian Ntsay en tant que Premier ministre, un homme expérimenté avec les compétences nécessaires pour la réconciliation", a déclaré Hery Rajaonarimampianina.
La démission d'Olivier Mahafaly Solonandrasana a ouvert la voie à la nomination d'un Premier ministre de "consensus" censé permettre au pays de sortir de la crise politique qui secoue la grande île depuis plusieurs semaines.
"En tant qu'homme d'État, je ne vais pas me présenter comme un obstacle à la vie de la nation", a déclaré Olivier Mahafaly Solonandrasana à la presse avant de rencontrer le chef de l'Etat.

La crise à Madagascar est marquée par une vague de manifestations quotidiennes organisées par l'opposition qui exigent le départ du président Hery Rajaonarimampianina.
L'opposition l'accuse de vouloir faire taire ses rivaux à quelques mois des élections.

Pour tenter de sortir de cette impasse, la Haute Cour constitutionnelle (HCC), la plus haute instance juridique du pays, a ordonné il y a dix jours la nomination d'un nouveau Premier ministre et d'un gouvernement d'union nationale.
En réponse à cette exigence, M. Mahafaly Solonandrasana s'est exécuté lundi en présentant sa démission et celle de son équipe au président.

"Je n'ai rien à regretter aujourd'hui et je peux partir la tête haute" s'est félicité le premier ministre sortant avant d'être remercié par le président Rajaonarimampianina qui a félicité le gouvernement "pour les travaux accomplis pendant deux ans".
Le calendrier fixé par la HCC indiquait qu'un nouveau Premier ministre devrait être nommé dans "les sept jours" suivant la démission d'Olivier Mahafaly Solonandrasana.

La crise malgache a éclaté à quelques mois des élections générales.
Ces élections étaient prévues en novembre et décembre 2016, mais la HCC a imposé qu'elles se déroulent dès la "saison sèche", c'est-à-dire entre mai et septembre prochains.
BBC Afrique

Recommended For You