CRISE ANGLOPHONE - PATRICE NGANANG invité de la Commission des Droits de l'Homme du Congrès des États-Unis.

L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes
Human Rights in Cameroon
Date:
Thursday, June 7, 2018 - 9:30am
Location:
2255 Rayburn House Office Building
Announcement

Please join the Tom Lantos Human Rights Commission for a briefing on the human rights situation in Cameroon.
Cameroon has been governed by President Paul Biya and his Cameroon People’s Democratic Movement since 1982. Though Biya has cultivated a reputation for stable, albeit semi-authoritarian rule, tensions in the English-speaking provinces and the ongoing fight against Boko Haram in the far north have led to a deterioration in the country’s human rights situation. Biya is up for reelection to another seven-year term in 2018, having removed presidential term limits in 2008.
Cameroon’s Anglophone minority makes up between 13 and 25 percent of the population and lives primarily in the western part of the country. Tensions with the Francophone-led central government have increased since late 2016, when the government suppressed an Anglophone protest movement. Last year, the situation escalated when one Anglophone faction symbolically declared the secession of the region and some Anglophone groups took up arms. While granting minor concessions, the government has arrested dozens of activists and deployed the military to put down unrest. According to the United Nations, approximately 21,000 refugees have fled to neighboring Nigeria over the past year.
Since 2014, Boko Haram has reportedly killed nearly 1,000 civilians in the far north of the country. The armed group’s brutal and often indiscriminate attacks have included suicide bombings, the kidnapping of women and girls, and widespread looting and destruction of property. Cameroon has played a key role in regional efforts to counter Boko Haram. However, Cameroonian security forces have also reportedly perpetrated serious human rights abuses in the north, including enforced disappearances and torture, sometimes leading to death in custody. UN research has found that such abuses can undermine the effectiveness of counterterrorism efforts and increase local radicalization.
Panelists will discuss the heightened crisis in Cameroon’s diverse society, and offer policy recommendations for improving respect for human rights and mitigating the country’s political and security challenges.
Hosted by:
James P. McGovern, M.C.
Co-Chair, TLHRC
Randy Hultgren, M.C.
Co-Chair, TLHRC
Participants
Panelists
Mr. Adotei Akwei, Deputy Director for Advocacy and Government Relations, Amnesty International USA
Mr. Jon Temin, Africa Director, Freedom House
Mr. E.J. Hogendoorn, Africa Deputy Program Director, International Crisis Group
Mr. Patrice Nganang, Writer and Professor, Stony Brook University
Moderator
Alexis Arieff, Specialist in African Affairs, Congressional Research Service
Opening Remarks
Rep. James P. McGovern, Co-chair, TLHRC
Rep. Jamie Raskin, Member, TLHRC
https://humanrightscommission.house.gov/…/human-rights-came…

Traduction en français

CRISE ANGLOPHONE - PATRICE NGANANG invité de la Commission des Droits de l'Homme du Congrès des États-Unis.

Les droits de l'homme au Cameroun
Date:
Jeudi 7 juin 2018-9:30 h 9:30
Lieu :
Bureau de la maison rayburn 2255
Annonce

Veuillez vous joindre à la commission des droits de l'homme de Tom Lantos pour un exposé sur la situation des droits de l'homme au Cameroun.

Le Cameroun a été gouverné par le président PAUL BIYA ET SON MOUVEMENT DÉMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS DEPUIS 1982. Bien que biya ait cultivé une réputation pour une règle stable, quoique semi-autoritaire, des tensions dans les provinces anglophones et la lutte en cours contre Boko Haram dans la L'extrême nord a entraîné une détérioration de la situation des droits de l'homme dans le pays. Biya est prêt à être réélu à un autre mandat de sept ans en 2018, après avoir supprimé les limites du mandat présidentiel en 2008.

La minorité anglophone du Cameroun représente entre 13 et 25 % de la population et vit principalement dans la partie occidentale du pays. Les tensions avec le gouvernement central dirigé par les francophones ont augmenté depuis la fin de 2016, lorsque le gouvernement a supprimé un mouvement de protestation anglophone. L'année dernière, la situation s'est AGGRAVÉE LORSQU'UNE FACTION ANGLOPHONE A symboliquement déclaré la sécession de la région et que certains groupes anglophones ont pris les armes. Tout en accordant des concessions mineures, le gouvernement a arrêté des dizaines d'activistes et déployé l'armée pour mettre fin à l'agitation. Selon l'organisation des Nations Unies, environ 21,000 21,000 réfugiés ont fui vers le Nigéria voisin au cours de l'année écoulée.

Depuis 2014, Boko Haram aurait tué près de 1,000 civils dans l'extrême nord du pays. Les attaques brutales et souvent aveugles du groupe armé ont notamment porté sur les attentats-suicide, l'enlèvement de femmes et de filles, et le pillage et la destruction de biens à grande échelle. Le Cameroun a joué un rôle clé dans les efforts régionaux pour contrer boko haram. Toutefois, les forces de sécurité camerounaises auraient également perpétré de graves violations des droits de l'homme dans le nord, y compris des disparitions forcées et des tortures, entraînant parfois la mort en détention. La recherche des Nations Unies a constaté que de tels abus peuvent compromettre l'efficacité des efforts de lutte contre le terrorisme et accroître la radicalisation locale.

Les participants aborderont la crise accrue de la société Camerounaise et proposent des recommandations pour améliorer le respect des droits de l'homme et atténuer les défis politiques et sécuritaires du pays.
Hébergé par :
James P. Mcgovern, M.C.
Coprésident, tlhrc
Randy Hultgren, M.C.
Coprésident, tlhrc
Participants
Panélistes

M. Adotei Akwei, directeur adjoint pour le plaidoyer et les relations gouvernementales, Amnesty International USA
M. Jon Temin, directeur de l'Afrique, Freedom House
M. E. Hogendoorn, directeur de programme adjoint de l'Afrique, groupe international de crise
M. Patrice Nganang, écrivain et professeur, Université de Stony Brook

Modérateur

Alexis Arief, spécialiste des affaires africaines, service de recherche du congrès

Remarques liminaires

Représentant. James P. Mcgovern, coprésident, tlhrc
Représentant. Jamie Raskin, membre, tlhrc

https://humanrightscommission.house.gov/events/hearings/human-rights-cameroon