Bonne nouvelle : des scientifiques développent une souche de riz qui neutralise le Sida

scientifiques développent une souche de riz

Le VIH ou virus de l’immunodéficience humaine, est par définition, un type de virus qui peut causer une maladie appelée SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise) qui est un état affaibli du système immunitaire le rendant vulnérable à de multiples infections et pouvant prendre des proportions mortelles. 

Véritable fléau mondiale, le SIDA se transmet par voie sexuelle, via le sang ou pendant une grossesse si la mère en est atteinte. En 2017, on comptait environ, 36.9 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde dont plus 25 millions rien qu’en Afrique.
De nos jours et grâce aux progrès de la médecine, une personne séropositive peut maintenant vivre longtemps avec des traitements appropriés tels qu’un médicament antirétroviral qui empêche le virus de se répliquer à l’intérieur du corps des patients infectés. Il n’en n’est pas forcément de même pour les populations des pays en voie de développement qui n’ont pas accès, facilement, à des soins adaptés.
Rien qu’en Afrique subsaharienne, région du monde où le VIH et le SIDA sont une problématique sanitaire très répandu, 56% des nouveaux cas d’infection par le VIH ont touché des femmes et ce taux a été encore plus élevé chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans, représentant 66% des nouveaux cas d’infection.

Un riz génétiquement modifié pour neutraliser le VIH

Une équipe internationale de scientifiques regroupant des chercheurs des
États-Unis, du Royaume-Uni et d’Espagne, ont mené une étude qui leur a permis de mettre au point une nouvelle souche issue du riz génétiquement modifié pour traiter les symptômes du VIH et en particulier pour les populations issues de pays en voie de développement où l’accès aux soins est très limité. Cette nouvelle approche pour le moins révolutionnaire, est la seule façon concrète d’élaborer des cocktails microbicides à un coût suffisamment bas pour les pays pauvres en voie de développement et où la médecine préventive pour le VIH est la plus demandée.
En clair, ce traitement implique des graines de riz génétiquement modifié produisant trois protéines : l’anticorps monoclonal 2G12 ainsi que les lectines griffithsine et cyanovirine-N, les tests préliminaires in vitro menées lors de l’étude démontrent que celles-ci se lient à gp120, (glycoprotéine qui permet au virus de cibler les cellules) et neutralisent le VIH.
Lorsque les cultures de riz arrivent à maturité, les semences peuvent être produites sur place pour un coût quasi nul, ce qui rend le traitement accessible à tous, y compris pour les populations à très faibles ressources ne pouvant se permettre des soins en institut spécialisé. Après sa production, le riz génétiquement modifié peut alors être utilisé en tant que crème topique et les protéines pourront ainsi y pénétrer et agir de l’intérieur pour neutraliser le VIH.

Traitement restant à développer et tester 

L’équipe de scientifiques ayant mené la recherche sur le riz génétiquement modifié a déclaré que celui-ci pourrait constituer une solution révolutionnaire efficace et abordable pour les patients séropositifs dans les pays en voie développement.
Cependant et au vu de la controverse existante au sujet des organismes génétiquement modifiés liés à des enjeux qu’ils soient écologiques, géopolitiques ou sanitaires, il existe encore des obstacles de poids avant qu’un tel traitement ne devienne largement disponible et commercialisé. Les scientifiques devront d’abord développer leur étude afin qu’il n’y ait pas d’effets secondaires néfastes pour les sujets et satisfaire aux diverses restrictions réglementaires en vigueur dans les pays qu’ils espèrent aborder.

Comment se protéger du virus VIH

L’infection par le VIH est une maladie sexuellement transmissible d’un être humain à un autre. Elle se transmet :
  • Par des rapports sexuels non protégés
  • Par un contact avec du sang contaminé
  • Par transmission de la mère à l’enfant 
Pour se protéger du virus VIH et des maladies sexuellement transmissibles, il serait judicieux d’utiliser le moyen de protection le plus efficace, qui n’est autre que le préservatif. Aussi, ce mode de protection doit être maintenu tant que la relation n’est pas vraiment stable et durable.