Catastrophe : le plus grand barrage hydroélectrique du Cameroun perd sa principale turbine

Il fallait s’y attendre, plus de 15 ans après les premières alertes sur la nécessité de faire la
maintenance du barrage de Song Loulou, le plus important du Cameroun en terme de capacité  de production d’énergie électrique, 384 MW et qui depuis des années produisait en deçà de ses capacités. Une catastrophe qui viendra creuser le déficit énergétique du pays à quelques mois des élections, une réunion d’urgence aurait été organisée dans les services du premier ministre pour mettre sur pieds des mesures devant palier à  ce déficit lors des élections.
((Ses installations présentent des fissures dues au vieillissement du matériel d’installation et de la dégradation des murs de soutènement du barrage de Song Loulou)) expliquait Dans une lettre ouverte du 27 janvier 2015, le Syndicat National des Travailleurs du Secteur de Développement des Ouvrages de Production, de Transport et de Régulation de l’Électricité tirant la sonnette d’alarme sur l’état sécuritaire du barrage hydroélectrique de Song Loulou au regard du vieillissement du La maintenance de ce barrage vital pour le Cameroun était prioritaire, le gouvernement au lieu de cela a préféré construire une nouvelle infrastructure hydroélectrique à Mekin qui à terme coutera plus de 100 milliards de FCFA pourra peine 10-15 mégawats.
Le remplacement de la turbine détériorée coutera 44 milliards de FCFA pour 45 MW, le gouvernement camerounais envisage plutôt la construction d’une nouvelle centrale thermique qui va ensuite fonctionner au fuel d’un cout évalué à 65 milliards de FCFA.
Tout ceci amene à s’interroger sur les motivations du régime à dépenser près de 400 milliards de FCFA pour les barrages de Mekin et Mem Ve Ele alors que rien qu’en réduisant les pertes liées au transport, le pays faisait une économie de plus de 30 MW selon le conseiller du président Biya, Penda Ekoka.
Albin Njilo