Dans l’Ohio, une courte victoire qui ne rassure pas les républicains

media
Donald Trump en tête, les républicains américains se sont lourdement mobilisés pour conserver une
circonscription ancrée à droite depuis des décennies, proclamant finalement victoire dans un scrutin pourtant si serré qu'il est perçu comme un signal très encourageant pour les démocrates avant les législatives.
Après le dépouillement des urnes dans l'Ohio, le républicain Troy Balderson menait 50,2 % contre 49,3 % pour le démocrate Danny O'Connor dans cette course pour un siège à la Chambre des représentants à Washington, selon les autorités locales dans la nuit de mardi à mercredi.
Mais le vainqueur n'avait pas été désigné officiellement, plusieurs milliers de votes par correspondance et bulletins provisoires restant à dépouiller.
Peu importe, le bouillant président n'a pas attendu l'annonce officielle pour féliciter Troy Balderson... tout en s'attribuant sa nette remontée après des sondages inquiétants. Donald Trump avait fait le déplacement samedi pour appuyer son candidat et multipliait depuis les tweets de soutien. Son vice-président Mike Pence, deux de ses fils, Eric et Donald Jr., s'étaient fendus de leurs propres messages mardi.
« Après mon discours samedi soir, il y a eu un gros retournement positif. Maintenant Troy remporte une grande victoire à une époque difficile de l'année pour les élections », s'est-il réjoui sur Twitter.
Les élections cruciales de mi-mandat
Mais cette courte victoire républicaine lors du dernier duel avant les législatives cruciales de novembre ne suffit pas à effacer l'embarras d'avoir été mis en difficulté dans un bastion si fidèle.
Les dix points d'avance du mois de juin de Troy Balderson, 56 ans, se sont évaporés dans cette banlieue aisée de la capitale de l'Etat, Columbus.
Pour le statisticien spécialiste des élections américaines, Nate Silver, « une victoire au cordeau n'est pas une bonne nouvelle pour les républicains ce soir ».
Si le scénario se reproduit à l'automne dans « des circonscriptions similaires, les républicains vont certainement perdre la Chambre », a-t-il écrit sur le site FiveThirtyEight.
« Cette course ne devrait même pas avoir été disputée [...] je suis très inquiet », a lancé un ancien élu républicain de la Chambre, Charlie Dent, sur CNN. « Il est évident que l'énergie est du côté démocrate. »
(avec AFP)
Par