Entre 2016 et 2020, l’Etat du Cameroun a besoin d’une hausse de l’épargne locale de 620 milliards FCFA par an, pour réaliser ses investissements

Entre 2016 et 2020, l’Etat du Cameroun a besoin d’une hausse de l’épargne locale de 620 milliards FCFA par an, pour réaliser ses investissements
Afin de réaliser les investissements envisagés sur la période 2016-2020, l’Etat camerounais a besoin d’une
enveloppe globale de financements, estimée à 13 000 milliards FCFA. La mobilisation de ces ressources sur le marché intérieur nécessite, au cours de cette période, une augmentation de l’épargne locale de 620 milliards FCFA chaque année.
Ces statistiques, publiées le 23 août 2018, à Yaoundé, la capitale du pays, au cours de la restitution d’une étude réalisée par le ministère des Finances, en prélude à l’élaboration d’une politique nationale de mobilisation de l’épargne longue dans le pays, révèlent la faiblesse de la contribution de l’épargne locale au développement national.
En effet, selon les rapports officiels sur le secteur bancaire camerounais, plus de 80% des dépôts dans les banques du pays sont à vue, ce qui ne facilite pas le financement des investissements, qui doit être assuré par une épargne plutôt longue.
Mais, au-delà de la nécessaire disponibilité de l’épargne longue, le Cameroun doit faire face à l’absence de fonds de garantie, susceptibles de rassurer les banquiers échaudés par la culture du non-remboursement qui caractérise de nombreux emprunteurs, y compris l’Etat et ses démembrements, qui n’hésitent pas souvent à arborer des vêtements de mauvais payeur.  
Brice R. Mbodiam
Par Investir au Cameroun