L'agence DBRS met en garde Emmanuel Macron pour la suite

figarofr
Les agences de notation continuent de surveiller de près l'Hexagone.


Dans un contexte de finances publiques qui s'assainit, l'heure n'est plus aux craintes de dégradation de la note française. Mais les agences de notation continuent de surveiller de près l'Hexagone. «La révision à la hausse du déficit et de la dette publique de la France en 2017, suite au reclassement de la dette de SNCF Réseau en administration publique, est neutre pour la notation AAA française», a jugé ce week-end la canadienne DBRS, pour qui le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu aura «un impact limité sur la consommation des Français et sur la croissance économique l'an prochain».
DBRS porte un regard plutôt positif sur la première année d'Emmanuel Macron. «Les modifications de la politique fiscale, les réformes du Code du travail et les mesures visant à remédier à certaines inefficiences - notamment la réforme du secteur ferroviaire et la réduction des charges administratives - sont essentielles pour améliorer les perspectives de croissance à long terme de l'économie française», note la moins connue des agences de notation. Non sans mettre en garde le président Macron sur la suite. «De difficiles réformes restent à faire, en particulier des changements cruciaux concernant la politique budgétaire», estime DBRS.
Et la concurrente de S&P, Moody's et Fitch de rappeler que «l'économie française a ralenti depuis le début de l'année et la popularité du président Macron est au plus bas». Des données qui pourraient «compliquer la mise en œuvre complète du programme de réformes promis, en particulier les réformes destinées à réduire les dépenses publiques», juge DBRS pour qui «le chemin législatif du gouvernement pourrait se heurter au cours des prochains mois à de nombreuses difficultés».
Marie Visot