Ouganda : de retour à Kampala, l’opposant Bobi Wine promet de poursuivre le combat

Le chanteur et député ougandais d'opposition Robert Kyagulanyi, l'un des principaux détracteurs du
président Yoweri Museveni, a promis de poursuivre son combat politique à son retour jeudi en Ouganda, après trois semaines passées aux États-Unis pour des soins.
« Je suis de retour dans le pays que j’aime mais je n’arrête pas le combat. Je le reprends là où je l’ai laissé avant de partir en traitement aux États-Unis. Je suis prêt à en payer le prix, car je suis conscient que le régime agira avec brutalité contre tout appel au changement », a déclaré Robert Kyagulanyi, plus connu sous son nom d’artiste Bobi Wine.
À 36 ans,  il est devenu le porte-parole d’une jeunesse ougandaise urbaine et souvent très pauvre qui ne se reconnaît pas dans le régime du président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986.

« L’Ouganda est prêt pour le changement et ce n’est pas le moment d’abandonner cette aspiration », a ajouté le député, estimant que le président Museveni était « en mode panique ».
Bobi Wine, mis en examen pour trahison, s’était rendu au États-Unis fin août pour y recevoir des soins après avoir selon lui été battu et torturé en détention provisoire par la police. Une version des faits démentie par les autorités.
Son retour au pays, annoncé depuis plusieurs jours, avait entraîné un nouveau raidissement du pouvoir, qui avait interdit toute manifestation jeudi, déployé ses forces de sécurité en nombre dans les rues de Kampala et fait couper toute circulation sur la voie rapide menant à l’aéroport international d’Entebbe, à environ 40 km de la capitale.
Dès sa sortie de l’avion jeudi midi, des policiers l’ont emmené et c’est dans un véhicule blindé que le député a été « escorté » jusqu’à son domicile où l’attendaient de nombreux partisans.
« L’honorable Robert Kyagulanyi n’est pas en état d’arrestation », a ensuite indiqué le chef de la police ougandaise, l’inspecteur général Martin Okoth Ochola. « Ce que nous avons fait, c’est l’escorter depuis l’aéroport d’Entebbe jusqu’à son domicile ».
Le député a ensuite pu s’adresser à ses partisans et à la presse.

« Petits enfants »

Pop-star, Bobi Wine a mêlé des textes sur la justice sociale et la pauvreté à des rythmes afrobeat accrocheurs. Ils lui ont valu de la part de ses fans, souvent jeunes et pauvres, le surnom de « Son Excellence le président du ghetto ».
En 2017, il est élu député et devient vite populaire par son opposition ouverte à l’encontre du dirigeant ougandais.
Yoweri Museveni est le seul président que la plupart des Ougandais connaissent, dans un pays où un habitant sur deux a moins de 16 ans. Et celui-ci, ayant fait modifier la Constitution pour supprimer la limite d’âge est autorisé à se présenter pour un sixième mandat en 2021.
Auparavant, l’opposition était symbolisée par Kizza Besigye, un ancien camarade du président battu quatre fois aux élections.
Reconnaissable à son béret rouge, « Bobi Wine » avait été inculpé de trahison à la suite du caillassage du convoi de Yoweri Museveni en marge d’une élection législative partielle à Arua (nord) le 14 août, remportée par le candidat de son parti face à celui du pouvoir.
Lors de ses comparutions fin août, l’ex-chanteur avait semblé affaibli, utilisant parfois des béquilles pour se déplacer.
Les arrestation et inculpation en août de la star, dont le chauffeur avait été tué par les forces de l’ordre durant les échauffourées du 14 août, avaient entraîné des manifestations de protestation violemment réprimées par la police et l’armée.
Le président Museveni semble éprouver les plus grandes difficultés à répondre au défi posé par la popularité du député : dans un récent discours sur l’état de la nation, le chef de l’État s’était adressé à son auditoire en les qualifiant de « bazukulu », ce qui signifie « petits enfants ».
Par Jeune Afrique avec AFP