CAMEROUN:COMMENT BIYA ACHÈTE LA PRESSE POUR DÉTRUIRE KAMTO


COMMENT BIYA ACHÈTE LA PRESSE POUR DÉTRUIRE KAMTO
(Témoignage de Irène Sidonie, Dp de NOTRE SANTÉ)
Le Mincom, Issa Tchiroma me trouve pugnace. Mais ça c'est bon pour moi, puisque lorsque viens l'heure d'apporter un appui aux médias de qualité mon journal n'en fait pas partie. Une enveloppe de 500.000 FCFA est allouée depuis mercredi dernier à des Directeurs de publication triés sur le volet. Ils sont prévenus par téléphone, une partie est appelée par le Directeur des medias privés et une autre par M Akoa.
Selon M Ngankak que j'ai approché ce matin même, lui et son équipe ont un rôle de proposition, d'exécution et de justifications. d'autres critères de sélection qui entrent en jeu sont de la discrétion du Mincom. Je l'ai jointe par téléphone hier jeudi 11 octobre en mi-journée. Issa Tchiroma est en réunion, rappeler dans une heure à t-il répondu. C'est ce que j'ai fait depuis hier jusqu'à cet instant précis. Je lui ai envoyé une tonne de messages vocaux et écrits, en Vain. Je croyais que les fonds publics devraient être distribués à tous ou au maximum en tenant compte des genres. Moins de 10 femmes dirigent un périodique ou son DP au Cameroun. Mais au Mincom, on append qu'il y avait peu d'argent, ils ont pris le maximum en fonction de leur qualité pour éviter de faire le saupoudrage. Car on dénombre 600 journaux au Cameroun, tout le budget de ce département ministériel ne suffirait pas pour désintéresser tout le monde. Il faut signaler que les mêmes medias ont déjà reçu des millions de FCFA ( entre 2 et 15 millions) par DP, de la présidence de la république, peut-être aussi au comité central du Rdpc avant et après le scrutin, comme nous l'ont appris des confrères. Quant à moi, le Mincom me gratifie de son aide à la communication privée presque tous les ans. Enfin, lorsque mon dossier est complet.