Crise Anglophone au Cameroun:Voici la lettre émouvante du frère aîné du soldat Sakem Elumbat abattu en Ambazonie

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte 
Voici la lettre émouvante du frère aîné du soldat Sakem Elumbat abattu en Ambazonie a cause de Paul Biya la semaine passée.
A lire absolument pour connaître les ravages de la guerre de Paul Biya et sa femme sur le Cameroun.

« Je comprends maintenant ce que c'est que le ''fer de lance de la nation''
Vous êtes assis dans vos fauteuils de millions de francs CFA, vos enfants sont dans des bureaux climatisés, vous parlez de mon pays comme ''gâteau national'' quand il faut se le partager entre vous, mais quand il faut le défendre en temps de guerre les enfants des autres doivent aller au front, parce qu'ils cherchent à être des hommes, à nourrir leurs familles et à s'affirmer aussi en tant qu'homme dans la société, ils vont jusqu'au sacrifice ultime voulant ''servir le pays'' pour des bandits aussi répugnants que leurs moralités et leur malice.
Ils n'ont pu gérer une petite grève aujourd'hui tournée en crise sociopolitique.
''Paul Biya doit être réélu, les betis doivent rester au pouvoir, les bami ne seront jamais au pouvoir dans ce pays, Kamto a fait ceci, Cabral a fait cela... Bla, bla et bla...'' voilà tout ce qu'on a pu retenir de ces élections, de toute l'année 2018 dans mon pays. Et pour tant des petits frères ne font que tomber, d'Innocent qui ne comprennent ni l'origine ni les vrais manipulateurs de cette guerres continuent de rallier les rangs pour ''l'honneur et la fidélité''.
Mais une chose me rassure, ce dont je suis tout de même sûr c'est bien que mon petit frère Sakem Eloumbat qui est tombé hier à Ekondi Titi n'allait pas pour vous, n'allait pas pour mettre fin à cette guerre, n'allait pas pour soit disant ''servir son pays'', il le faisait par ricochet. Il allait pour se battre dans la vie, pour être un homme demain pour lui et pour sa famille. Il allait chercher son pain quotidien et comme tous les métiers sur terre il n'existait pas de risque zéro. Dieu a dit à l'homme, tu mangeras à la sueur de ton front. Elombat a travaillé pour ça. Il est venu, il a vu et il a été vaincu.
À moins de la trentaine il a choisi son chemin, il a mené son combat et il l'a bien mené.
Il ya des entreprises publiques et parapubliques qui lorsqu'elles recrutent personne n'est au courant par ce que le ou les postes sont vite partagés entre vos enfants, mais depuis un peu plus de 4 ans avec les différentes crises les recrutements massifs se succèdent dans l'armée, tous sont recrutés mais tous ne sont pas envoyés au front parce qu'une fois de plus vos enfants restent à Yaoundé et Douala dans les bureau et les camps.
Vous verrez vos proches mourir, vous ressentirez aussi les mêmes douleurs que les autres, vous allez enterrer vos enfants aussi, vos fortunes ne vous sauveront ni de la maladie ni de la mort par ce que votre système est emmené à d’auto détruire et tôt ou tard la roue tournera.
Bonne nuit soldat #Sakem_Elombat, mon petit adoré,
C'est n’est pas un adieu mais un aurevoir. »