Crise au Togo: le Front citoyen Togo-Debout interpelle la Cédéao

Plusieurs milliers de militants et sympathisants du Front citoyen Togo-Debout ont marché samedi 3 novembre à travers la ville de Lomé pour interpeller la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest. Ils demandent à la Cédéao de prendre position pour une sortie de crise.

Malgré la modification des itinéraires et le confinement de la manifestation dans un quartier excentrée, les militants du Front citoyen Togo-Debout ont tenu, se sentant humiliés mais déterminés à manifester.
Le communiqué lu à l'issue de la marche s'indigne et proclame : « Oui, nous n’en pouvons plus au Togo ! Et personne ne doit venir encore vous dicter un chemin ! »
La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest est interpellée, elle qui a soumis une feuille de route aux Togolais, le 31 juillet, pour une sortie de crise. Selon le Front citoyen Togo-Debout, le processus électoral en cours est contestable et la Cédéao doit prendre position.
« Depuis un an que nous sommes sortis, nous demandons - enfin - que ces réformes soient mises en application, explique le professeur David Dosseh, premier porte-parole du Front citoyen Togo-Debout. La Cédéao s’immisce dans le jeu au lieu de répondre aux préoccupations populaires. »
Et d'ajouter : « Elle vient à nouveau demander à ce que nous allions à des élections législatives au pas de charge et dans des conditions totalement inacceptables. Et donc, nous voulons que la Cédéao se positionne clairement et qu’elle dise ce qu’elle pense du problème togolais. »
La société civile togolaise, à travers le Front citoyen Togo-Debout, prévient : « Nous sommes à un tournant historique, nous ne devons plus entrer en 2019 avec les mêmes problèmes. »
Le processus électoral en cours est contesté par l'opposition, la date des élections législatives est fixée au 20 décembre et le gouvernement entend y aller même si les protagonistes de la crise appellent au boycott.
Par RFI