France:La marche des foulards rouges infiltrée par des impostures

POLITIQUE - Quelque 10.500 "foulards rouges", selon la préfecture de police de Paris, deux à trois
fois moins selon les estimations de certains journalistes mais aussi une bonne grosse dose de canulars et d'impostures. La marche pour "défendre la démocratie et les institutions" face aux violences de ce dimanche 27 janvier à Paris s'est déroulée dans le calme et sans dégâts notables, hormis quelques incidents, opposant des marcheurs à des gilets jaunes. Son message a toutefois été brouillé sur les réseaux sociaux par des slogans et des discours parfois perturbants, relayés notamment par des médias alternatifs.
Les noms d'Alexandre Benalla et du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner entourés de coeurs ostentatoires, le slogan "LBD mon amour" en référence à cette arme non-létale responsable de graves mutilations, "Mon amie c'est la finance" en allusion au passé de banquier d'Emmanuel Macron... Plusieurs affiches délibérément provocatrices ont en effet été aperçues dans le cortège parisien qui a défilé de Nation à la Bastille.
Des termes bien souvent accueillis avec dérision mais aussi très régulièrement pris au sérieux par des internautes indignés à l'idée que certains puissent soutenir les violences policières, ainsi qu'une politique délibérément favorable aux plus fortunés. Problème: la plupart de ces messages étaient l'oeuvre de perturbateurs ayant délibérément infiltré le cortège.

Des activistes en soutien aux gilets jaunes

S'agissant des banderoles "Benalla Castaner" et celle affichant un tonitruant "Mon amie c'est la finance", toutes deux ont été brandies par deux femmes, Elizabeth Faure et Sandra Fellous, deux soutiens affichés des gilets jaunes sur Twitter. Comme l'a relevé le site CheckNews de Libération, les deux activistes ont revendiqué cette opération de "trolling" dans plusieurs tweets, dont une vidéo sans équivoque.
Autre imposture qui a mis le feu aux réseaux sociaux, la chaîne d'information pro-Kremlin RT a diffusé le témoignage d'un individu se présentant sous le nom de David, comme un fervent partisan de l'Union européenne. Face caméra, ce dernier tenait des propos ouvertement anti-démocratiques, jugeant nécessaire que l'UE impose sa volonté aux nations.
"Le fait d'être dans l'union européenne, ça permet de recadrer un peu les choses, à une échelle supranationale. L'Europe a un pouvoir de contraindre les nations, à faire des choses que les nations elles-mêmes ne seraient pas prêtes à faire, par peur du peuple, tout simplement", estimait-il sur un ton parfaitement sérieux, avant de se prononcer en faveur d'un "Etat policier" pour réprimer les manifestations.
Là encore, Laurent Souillé, initiateur de la marche des foulards rouges, a dénoncé ce matin sur France Info une "fake news organisée". "Russia Today France a diffusé l'interview d'une personne en la présentant comme un des organisateurs alors que personne ne connaît ce garçon. Il a tenu des propos immondes sur l'Europe", déplore-t-il.
Le journaliste de RT responsable de cet entretien avait au préalable présenté des excuses pour avoir pris au sérieux son interlocuteur, avant d'indiquer dans un tweet que l'individu n'était en effet ni un organisateur de la marche ni même un sympathisant d'Emmanuel Macron, mais tout simplement un internaute membre du forum 18-25 de Jeuxvideo.com.
RT France, qui avait publié un article précisant que les banderoles provocatrices étaient le fait de soutiens de gilets jaunes, a publié un rectificatif concernant le vrai-faux "foulard rouge". 
Le HuffPost