FRÈRES ET SOEURS BETI, BULU ET FANG, CHOISISSEZ ENTRE VOTRE ETHNIE ET NOTRE NATION

SI VOUS CHOISISSEZ VOTRE ETHNIE, VOUS FINIREZ COMME DES SÉCESSIONNISTES
«ÉKANG», PARCE QUE LE PEUPLE CAMEROUNAIS VOUS COMBATTRA.

SI VOUS CHOISISSEZ NOTRE NATION, VOUS FINIREZ COMME DES PATRIOTES CAMEROUNAIS, PARCE QUE LE PEUPLE CAMEROUNAIS VOUS CHÉRIRA.

MAIS VOUS NE POURREZ PAS CHOISIR LES DEUX, UNE CONFUSION DANS LAQUELLE PAUL BIYA ET SON RÉGIME VOUS ENTRAINENT POUR VOUS SAIGNER.

Hier, le peuple anglophone, sur la table de négociation à Bamenda comme dans la rue, a dit qu’il ne veut plus la centralisation de tous les pouvoirs politiques aux mains de Paul Biya et ses copains, demandant comme solution une révision de la constitution pour le retour du Cameroun au fédéralisme, afin qu’il puisse gérer lui-même ses propres affaires. Biya et son régime ont dit JAMAIS au dialogue, en vous présentant mensongèrement les anglophones comme des biafrais qui méritent d’être écrasés. Beaucoup d’entre vous soutiennent les massacres des résistants anglophones, que Paul Biya a poussés au sécessionnisme, croyant qu’ils sont des biafrais, vos ennemis.
Aujourd’hui, après que huit partis d’opposition soient allés à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 et aient montré au peuple les fraudes massives que vous connaissez chacun d’entre vous, certains parmi vous y ayant même participé pour faire gagner Biya comme toujours, ainsi qu’à quel point la loi électorale, son Elecam et sa cour constitutionnelle sont injustes et partisans en faveur de Paul Biya et du RDPC, Paul Biya et son régime disent JAMAIS au recomptage des votes que demande Maurice Kamto. Et quand ces partis manifestent leur mécontentement dans la rue pacifiquement le 26 janvier 2019 conformément à la constitution, Paul Biya et son régime les arrêtent, les emprisonnent et les accusent de terrorisme, en les présentant comme les bamiléké, comme vos ennemis.
Allez-vous accepter que vos voisins bamiléké, qui ont toujours été avec vous, deviennent subitement vos ennemis, tout simplement parce que Paul Biya a décidé de vous les présenter comme vos ennemis afin de s’accrocher au pouvoir?
Le régime de Paul Biya vous présentera toujours tout camerounais qui aspire à occuper le fauteuil présidentiel comme le chef d’une tribu qui veut arracher le pouvoir aux beti, bulu et fang. Alors qu’en 37 ans de pouvoir de Paul Biya, vos villes, vos villages et vos familles n’ont rien à montrer pour dire qu’ils sont mieux que ceux des autres tribus du Cameroun.
Pourquoi? Parce que le régime Biya n’est pas un régime beti, bulu et fang, mais plutôt une régime néocolonial que les colons français ont imposé, au prix du génocide de nos pères de la nation combattants de l’indépendance véritable du Cameroun. Ce ne sont pas les beti, bulu et fang qui ont mis Paul Biya au pouvoir en 1982, mais plutôt les français qui l’ont imposé comme successeur d’Ahmadou Ahidjo.
Paul Biya n’est pas au service des beti, bulu et fang, qui continuent de croupir dans la misère sous son règne, mais plutôt au service de la France et de ses entreprises qui monopolisent et étouffent l’économie camerounaise et assurent les arrières de Paul Biya et ses «élites» (rendus tels par nominations présidentielles) dans leur pillage de la fortune publique, leurs vols et leurs détournements des fonds publics.
La tribu de Paul Biya et ses «élites» n’est pas beti, bulu ou fang, mais plutôt celle des serviteurs des intérêts français et des leurs propres. Cette tribu des collaborateurs du colon a une origine qui remonte à la création du Cameroun à l’époque de l’occupation allemande. Les nazis camerounais, comme l’éwondo Karl Atangana Ntsama, étaient tellement zélés au service du colon allemands qu’ils faisaient exécuter les élites sociales parmi nos ancêtres, tel nos «mié dzala» (nos ancêtres créateurs de villages, des seigneurs domaniaux) qui résistaient à l’autorité coloniale des blancs et qui furent exécutés à Yaoundé sur ordres du nazi Atangana.
Son successeur, Abega Belinga Martin, tout aussi zélé au service des tuteurs coloniaux français, battit campagne aux cotés de Louis Paul Aujoulat contre l’indépendance du Cameroun, demandant que le Cameroun devienne une possession (dom-tom) française et que s’il voyait l’indépendantiste Ruben Um Nyobè devant lui, il allait le tuer de ses propres mains.
Paul Biya, tout comme Ahmadou Ahidjo, est comme Charles Atangana et Martin Abega Belinga, un serviteur de la France et des français, que la France a placé comme son fantoche à la tête d’une République du Cameroun, un État non indépendant et soumis à la France.
Mais la jeunesse camerounaise de toutes les tribus est déterminée à mettre fin au régime néocolonial dirigé par Paul Biya, qui ne lui a apporté que chômage, pauvreté, insécurité et destruction des vies. Vous les beti, bulu et fang êtes aussi victimes du régime Biya que toutes les autres tribus camerounaises. LE RÉGIME BIYA EST VOTRE ENNEMI NUMÉRO.
Ne vous laissez pas entrainer par la campagne du tribalisme du régime Biya contre les anglophones et les bamiléké, dont le but est de vous livrer comme la chair à canons dans la guerre civile qu’il prépare afin de conserver le pouvoir par la force des armes et de continuer de vous maintenir dans la misère et l’insécurité, au service de ses maîtres français.
CAR LES JOURS QUI VIENNENT SONT CEUX DE LA RUPTURE ENTRE LE PEUPLE CAMEROUNAIS ET LE RÉGIME NÉOCOLONIAL FRANÇAFRICAIN AHIDJO-BIYA, QUI FERA COULER LE SANG DES «ÉKANG» SANS QUE LES FAMEUX BIR ET AUTRES FORCES ARMÉES DE BIYA PUISSENT VOUS PROTÉGER.
Par Ndzana Seme, 29/01/2019.